Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Dernières infos

05.07.06 Ultime Hommage à feu l’Ambassadeur Ekila Liyonda (ACP)

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Raymond Ramazani Baya, a rendu, mardi, hommage à feu l'Ambassadeur Adrienne Ekila Liyonda, décédée le 23 juin dernier à Bruxelles.
 Dans une oraison funèbre qu'il a prononcée à l'esplanade de ce ministère devant plusieurs personnalités politiques et diplomatiques, parmi lesquelles les ministres Faïda Mwangilwa et Catherine Nzuzi wa Mbombo, ainsi que l'ambassadeur de Belgique à Kinshasa, Johan Swinnen, M. Ramazani Baya a loué les qualités de l'illustre disparue, arrachée à la vie le 23 juin dernier. La défunte, a-t-il souligné, a rendu de grands et loyaux services à la nation congolaise. Pour sa part, la ministre de la Condition féminine, Faïda Mwangilwa, a mis en exergue les mérites de celle qui l'a précédée à ce ministère (de la Condition féminine et Famille) avant de saluer sa mémoire pour avoir fait l'honneur de la femme congolaise d'aujourd'hui. Après cet hommage des deux ministres, l'assistance s'est recueillie devant la dépouille mortelle d'Ekila Liyonda. La cérémonie s'est poursuivie avec le dépôt des gerbes de fleurs avant que le cortège funèbre s'ébranle en direction de la Cathédrale Notre Dame du Congo où une messe de suffrage a été dite pour confier son âme à la grâce du Très-Haut.

Messe de suffrage dite en mémoire de Mme Adrienne Ekila Liyonda

Peu avant son inhumation au cimetière de la Gombe, une messe des suffrages en sa mémoire a été dite en la cathédrale Notre Dame du Congo, officiée par le curé de la paroisse Saint Alphonse de Matete, le Révérend Abbé Izwa. Dans l'homélie faite par le recteur de l'Institut facultaire de développement (IFAD), le Révérend Abbé Emmanuel Eyenga Liongo a mis en exergue les qualités et les vertus humaines qui ont marqué la modeste personnalité de l'illustre disparue Ekila Liyonda. Elle était dotée d'un esprit remarquable, sans exclusivité. Elle n'était ni tribaliste, ni régionaliste, mais une Congolaise à part entière, traitant ceux qui l'ont côtoyée avec beaucoup d'amitié, d'amour et de compassion. Les écritures saintes dans le livre des Proverbes 22 :9 selon lesquelles " l'homme qui regarde autrui avec bonté sera béni parce qu'il a partagé son pain avec le pauvre l'ont exaltée et incarnée, consacrant ainsi toute son existence terrestre au service des autres et pratiquant la charité, le plus haut et le plus appréciable engagement de la société. Mme Ekila Liyonda savait bien faire siens les problèmes des autres, a-t-il renchéri. De son côté, le sénateur Muyabo Nkulu a, au nom de la famille de la défunte Ekila Liyonda, déclarée en substance : " Tu as marqué beaucoup tes sœurs congolaises et déterminé beaucoup d'entre elles à suivre ton exemple pour servir la RDC et son peuple, aussi bien hier qu'aujourd'hui à l'heure où le monde entier s'engage à mettre en œuvre la parité homme - femme dans la vie publique et privée ". La leçon que Mme Ekila Liyonda laisse aux Congolais, a noté Mme Muyabo, c'est celle d'avoir donné sa vie aux autres appliquant par là le deuxième commandement principal de Dieu, celui d'aimer son prochain. " Elle fut un exemple d'humilité et d'amour et donc une chrétienne convaincue ", a-t-elle témoigné.

Qui était l'Illustre disparue ?

Feu Ambassadeur Adrienne Ekila Liyonda est née à Kinshasa, le 16 octobre 1948. Après son certificat d'études primaires, elle poursuivra ses études secondaires dans la section des humanités latines du Lycée Sainte Marie-Thérèse de Kinshasa. Elle prendra ensuite son inscription à la Faculté de Droit de l'Université Catholique de Louvain où elle décrochera brillement le titre de licenciée en Droit en 1974.

Que retenir de la carrière de Feu Ambassadeur Ekila ?

Avant de s'engager dans un fructueux parcours politique et diplomatique, Feu Ambassadeur Ekila a occupé les fonctions suivantes :
- De 1974 à 1976 : comme conseiller juridique à l'Agence Zaïre Presse (AZAP), l'ancêtre de l'actuelle ACP ;
- Elle sera successivement
- Membre du Conseil d'Administration de la société Générale de carrières et de minerais (GECAMINES)
- Membre de la Commission Permanente de réforme du Droit Zaïrois.
- De 1976 à 1984 : Conseiller juridique au Bureau du Président de la République ;
- En 1984 à 1985 : elle exerce comme secrétaire générale chargée de la Condition Féminine et comme Commissaire d'Etat à la Condition Féminine et Affaires sociales ;
- En 1985 : Feu Ambassadeur Ekila est accréditée comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire auprès du Royaume de Belgique ;
- En 1987 : elle entre au Gouvernement comme Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale ;
- L'année suivante en 1988 : elle change de portefeuille et prend celui de Ministre de l'Information et Presse.

Derniers hommages de l'ACP à feue Mme Adrienne Ekila Liyonda

Les agents de l'Agence Congolaise de Presse (ACP), conduits par le directeur des Ressources humaines, Fidèle Kapongo Lomba, ont déposé une couronne des fleurs, lundi au Jardin Botanique de Kinshasa, sur la dépouille mortelle de l'ancienne ambassadeur de la RDC au Royaume de Belgique, feue Mme Adrienne Ekila Liyonda. Par ce geste, l'Agence Congolaise de Presse a bien voulu lui rendre un dernier hommage en sa qualité d'ancien cadre de cette maison de presse. Selon plusieurs témoignages, notamment de Mme Mélanie Mayuma, directeur et rédacteur en chef du service des Archives et documentation, feue Adrienne Ekila Liyonda fut un cadre modèle, très simple dans ses rapports avec les autres collègues. Adrienne Ekila était très ouverte aux autres et compétente dans son travail au sein de l'ACP en 1974 en qualité de conseillère juridique puis cadre au Desk économique. En effet, tous les agents de l'ACP gardent d'elle de bons souvenirs d'une femme intelligente, compétente, sociable et généreuse. Poursuivant son témoignage, Mme Mayuma reconnaît en elle, des vertus d'une femme d'Etat qui a connu une ascension méritée, nommée tour à tour commissaire d'Etat et secrétaire générale à la Condition féminine et famille et ambassadeur de la RDC en Belgique. Quant au Pr. Rigobert Munkeni Lapess de l'Institut facultaire des sciences et techniques de l'informations et communications (IFASIC) qui a travaillé au cabinet de la regrettée Ekila, en 1988 comme conseiller chargé de la presse écrite au ministère de l'Information, il a dit avoir gardé aussi d'elle le souvenir " d'une femme de grand cœur, car très attentive aux conditions de vie et de traval de ses collaborateurs, travailleuse épanouie et sans complexe ". Sous son mandat, a-t-il reconnu, elle a initié une politique d'aide directe du gouvernement à la presse. C'est donc, grâce à elle que les journaux tant gouvernementaux (Salongo et Elima) que privés (Umoja et autres) ont pu bénéficier de cette aide Il a, enfin, rappelé que, l'ancien ministre de la Condition féminine a plaidé énormément pour la cause de la femme dont elle a fait son cheval de bataille de tous ses mandats. Le programme des funérailles a prévu mardi, la levée du corps à 10 heures pour le ministère des Affaires étrangères suivie à 11 heures du recueillement en ce même lieu. Le départ pour la cathédrale Notre Dame du Congo est intervenu à 12 heures 30' pour une messe des suffrages et l'inhumation a eu lieu à 15 heures au cimetière de la Gombe.

 


Kinshasa, 5/07/2006 (ACP/MCN, via mediacongo.net)

< Retour