Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Dernières infos

07.10.06 Le gouvernement prospecte la cuvette du fleuve Congo (Le Potentiel)

L’édition Infrastructures en Afrique, partenariats pour le développement « Ipad Afrique centrale 2006 » a vécu. Pendant trois jours, les participants venus de plusieurs coins d’Afrique et de la République démocratique du Congo ont exposé au Grand Hôtel Kinshasa sur les différentes possibilités de développement dans le secteur énergétique.

Plusieurs brochures et prospectus ont été distribués à cette occasion. C’est le cas de Africa Energy Intelligence, un bulletin de liaison spécialisé du secteur de l’énergie qui donne une gamme variée d’informations sur les recherches, la situation du marché du pétrole, gaz et électricité sur l’ensemble du continent.

Dans sa dernière livraison du 20 septembre au 3 octobre 2006, il consacre une réflexion sur les prospections que mène le gouvernement congolais dans la cuvette du fleuve Congo.

Le bulletin de liaison Africa Energy Intelligence souligne que Exxon et Total s’intéressent aux prospections que mène le gouvernement congolais. « En partenariat avec l’américain Fusion Petroleum Technologies, le gouvernement congolais travaille depuis l’an dernier à rassembler toute les données pétrolières existantes sur la région de la cuvette du fleuve Congo, qui couvre 750 000 km2 dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, en préparation d’un appel d’offres dans la région: Selon des sources bien informées, Exxon et Total suivent de près cette initiative et ont chacun envoyé des émissaire à Kinshasa pour signifier leur intérêt au gouvernement », souligne la source.

Exxon, associé à l’époque à Amoco, a déjà prospecté la zone dans les années 70 : les deux groupes ont réalisé des études sismiques et deux forages stratigraphiques. Dans les années 80, la Japan National Oil Corporation a fait des études géologiques dans la région de Kisangani, et la défunte société nationale PétroZaïre a utilisé un crédit de 6 millions $ de la Banque mondiale pour mener des études dans la province du Bandundu. Plusieurs sites de suintements de brut léger avaient alors été mis en évidence à Bumu et Sia dans le territoire de Bagata, à Tolo et Bombayi dans celui de Kutu, ainsi qu’à lbangakole et lsoko dans celui d’Oshwe.

LE FORCING D’HERITAGE

La même source renseigne que « pour la deuxième fois, le groupe canadien tente d’explorer au Congo, mais doit surmonter une série d’obstacles pour voir son permis validé ».

Avec les succès récoltés récemment par la firme irlandaise Tullow et de son partenaire Heritage sur les rives ougandaises du lac Albert , le projet d’exploration de la rive congolaise, vieux de plusieurs années, a été relancé. Heritage avait longuement négocié avec le gouvernement congolais en 2003 pour prendre pied dans la zone, mais n’était jamais parvenu à signer un contrat de partage de production (AEI nQ463). La semaine dernière, le groupe a finalement annoncé avoir signé, en association avec Tullow, pour les blocs 1 et 2. Il a prévu de forer dès l’an prochain, une fois ses permis validés par un décret présidentiel. L’obtention de ce décret risque cependant d’être problématique. L’accord entre Heritage et le gouvernement congolais contrevient en effet à un accord signé par Kinshasa avec le Fonds monétaire international en juin dernier.

Lequel accord prévoit un moratoire sur tous les accords miniers durant la période de transition, qui doit s’achever à la fin de l’année par l’intronisation du nouveau président et le remplacement du parlement de transition par l’Assemblée nationale. Le nouveau parlement qui vient de s’installer a donc du pain sur la planche en attendant la mise en place de toutes les institutions qui seront issues des urnes.



Godefroid ngamisata
Kinshasa, 7/10/2006 (Le Potentiel, via mediacongo.net)

< Retour