Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Dernières infos

17.02.12 L’Avenir - OLPA appelle au rétablissement de CCTV, CKTV et RTCE


Dans un communiqué rendu public le mercredi 15 février dernier, l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) exige le rétablissement immédiat de trois chaînes de télévision de Kinshasa suspendues sur ordre du ministre de la Communication et des médias. Aussi, il condamne vigoureusement la coupure du signal de ces médias qui sont Canal Kin télévision (CK TV) et CCTV (Canal Congo télévision) deux médias appartenant à l’opposant Jean-Pierre Bemba Gombo, et la RTCE (Radio-télévision catholique Elikya), une station confessionnelle de l’Eglise catholique.

Pour cet observatoire de liberté de la presse, cette interruption brutale des émissions de trois médias précités est en violation de la loi du 10 janvier 2011 sur le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) et de la loi du 22 juin 1996 fixant les modalités d’exercice de la liberté de la presse en République démocratique du Congo. « La coupure de signal de CCTV, CKTV et RTCE constituent donc des atteintes graves à liberté de presse garantie par les lois congolaises et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains », dit le communiqué.

En exigeant le rétablissement immédiat et sans condition du signal de ces médias, ce réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse vient exhorter les parlementaires de la nouvelle législature à mettre fin à l’imbroglio entretenue par le Ministère de la Communication et Médias et le Conseil supérieur de l’audiovisuel par des sanctions abusives contre les médias de Kinshasa.

OLPA rappelle les émissions de Canal Kin télévision, Canal Congo télévision et Radio-télévision catholique, ont été interrompues simultanément, le 15 février 2012 dès 7 heures locales sur ordre du ministre Lambert Mende Omalanga.

Dans une lettre adressée au directeur général de la RTCE, le 10 février 2012, renseigne cette organisation de liberté de la presse, le ministre de la Communication accuse cette station confessionnelle de s’adonner à la diffusion de la publicité commerciale et de violer le cahier des charges régissant les médias audiovisuels. Alors que les motifs de la coupure de signal de CCTV et CKTV n’ont pas été clairement expliqués, a renchéri OLPA.

« Ces coupures de signal a intervenu 24 heures avant le rassemblement d’hier de l’Eglise catholique à Kinshasa pour célébrer le 20ème anniversaire du massacre des chrétiens par le régime du dictateur Mobutu. Les images relatives aux préparatifs de ce rassemblement interdit ont été abondamment diffusées sur les antennes de CCTV, de CK TV et de RTCE, le 14 février 2012 » indique le communiqué.

Lepetit Baende

Dans un communiqué rendu public le mercredi 15 février dernier, l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) exige le rétablissement immédiat de trois chaînes de télévision de Kinshasa suspendues sur ordre du ministre de la Communication et des médias. Aussi, il condamne vigoureusement la coupure du signal de ces médias qui sont Canal Kin télévision (CK TV) et CCTV (Canal Congo télévision) deux médias appartenant à l’opposant Jean-Pierre Bemba Gombo, et la RTCE (Radio-télévision catholique Elikya), une station confessionnelle de l’Eglise catholique.

Pour cet observatoire de liberté de la presse, cette interruption brutale des émissions de trois médias précités est en violation de la loi du 10 janvier 2011 sur le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) et de la loi du 22 juin 1996 fixant les modalités d’exercice de la liberté de la presse en République démocratique du Congo. « La coupure de signal de CCTV, CKTV et RTCE constituent donc des atteintes graves à liberté de presse garantie par les lois congolaises et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains », dit le communiqué.

En exigeant le rétablissement immédiat et sans condition du signal de ces médias, ce réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse vient exhorter les parlementaires de la nouvelle législature à mettre fin à l’imbroglio entretenue par le Ministère de la Communication et Médias et le Conseil supérieur de l’audiovisuel par des sanctions abusives contre les médias de Kinshasa.

OLPA rappelle les émissions de Canal Kin télévision, Canal Congo télévision et Radio-télévision catholique, ont été interrompues simultanément, le 15 février 2012 dès 7 heures locales sur ordre du ministre Lambert Mende Omalanga.

Dans une lettre adressée au directeur général de la RTCE, le 10 février 2012, renseigne cette organisation de liberté de la presse, le ministre de la Communication accuse cette station confessionnelle de s’adonner à la diffusion de la publicité commerciale et de violer le cahier des charges régissant les médias audiovisuels. Alors que les motifs de la coupure de signal de CCTV et CKTV n’ont pas été clairement expliqués, a renchéri OLPA.

« Ces coupures de signal a intervenu 24 heures avant le rassemblement d’hier de l’Eglise catholique à Kinshasa pour célébrer le 20ème anniversaire du massacre des chrétiens par le régime du dictateur Mobutu. Les images relatives aux préparatifs de ce rassemblement interdit ont été abondamment diffusées sur les antennes de CCTV, de CK TV et de RTCE, le 14 février 2012 » indique le communiqué.

Lepetit Baende

 

< Retour