Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Dernières infos

13/12/12/ REVUE DE LA PRESSE CONGOLAISE DE CE JEUDI (CongoForum)

Plusieurs sujets se disputent la manchette des journaux de Kinshasa. Il est toujours question de l’Est : Kampala est passée du stade où l’on ne se parlait pas, à celui où l’on parlera pour ne rien dire, ce qui suppose un ordre du jour ; des ONG interpellent le président américain Barack Obama pour sa passivité dans la situation dramatique que connaît la RDC dans sa partie Est du fait des rebelles du M23 soutenus par le Rwanda. Plusieurs informations concernent la MONUSCO suite à la conférence de presse hebdomadaire, en commençant par la situation sécuritaire dans le Nord-Kivu. On commente la décision du Parquet de Bruxelles reconnaissant à l’assassinat de Lumumba le caractère de « crime de guerre ». On est censé voter aujourd’hui pour élire les gouverneur du Kasaï Occidental, ce qui ramène au premier plan la question des élections gouvernorales contestées et, plus globalement, des élections.

Kampala / Est

 

Après la pause intervenue, mercredi 12 décembre, dans les pourparlers entre le gouvernement de Kinshasa et la rébellion du M23 à Kampala, la facilitation passe à l’essentiel, informe Forum des As qui titre à la une  « Kampala : enfin, un ordre du jour»
La facilitation a remis à chaque partie, selon le quotidien, un projet de l’ordre du jour des travaux. Question d’y apporter des amendements, avant son adoption.

Le Potentiel annonce en manchette : Kinshasa et le M23 « se préparent » pour se rencontrer aujourd’hui jeudi. Une reprise des négociations après la cérémonie d’ouverture orageuse, rappelle ce quotidien ! 
« Le gouvernement se prépare de son côté et nous nous préparons du nôtre. Demain, nous nous retrouverons. Nous ne nous sommes pas rencontrés, les deux parties se préparent pour les négociations, a déclaré mercredi le porte-parole de la délégation du M23 Bertrand Bisimwa ».

La Prospérité indique que « L’UDPSP, FAC et alliés : Samy Badibanga réclame un dialogue républicain et inclusif ! ». 
Dans une déclaration politique parvenue à La Prospérité, le Cercle de Cadres Acquis au Changement Démocratique en RDC (CCAC) invite, avec insistance, la Communauté internationale à constater un manque évident de la volonté politique dans le chef de la classe politique dirigeante actuelle de la RDC. 
Pour le CCAC, alors que la crise actuelle est profonde et multiforme, et que la présence des délégués de l’opposition politique, de la société civile et de la diaspora s’imposait absolument dans les discussions, la classe dirigeante actuellement au pouvoir à Kinshasa a préféré un dialogue très restreint entre le seul gouvernement et le M23, écrit le journal.

Une quinzaine d’organisations non gouvernementales (ONG) occidentales sont montées au créneau en rapport à la situation d’insécurité qui prévaut dans l’Est de la RDC, rapporte Le Potentiel sous le titre « Guerre dans l’Est : des ONG occidentales accusent Obama ».
Ce quotidien note que le lancement des négociations directes menées à Kampala (Ouganda) entre le gouvernement de la RDC et les rebelles du M23 n’a pas empêché un collectif d’ONG occidentales d’interpeller le président des Etats-Unis, Barack Obama, sur l’indifférence manifeste de son administration dans le nouveau drame qui s’abat dans l’Est de la RDC, du fait de la rébellion menée par le M23. 
Ces ONG attendent la nomination dans les meilleurs délais d’un envoyé spécial de la Maison Blanche dans les Grands Lacs africains. C’est ce qui ressort d’une lettre datée du 10 décembre et dans laquelle elles relèvent la passivité de l’administration Obama devant le drame congolais. 
Leur voix sera-t-elle entendue ? C’est tout le souhait du peuple congolais qui vit depuis plus d’une décennie le martyre dans la partie Est de son territoire. 

Le Phare, sous le titre : « Dossier Congo : interpellé, Obama se défend… », rapporte que des congressmen américain ont interpellé dernièrement l’administration Obama au sujet de sa mauvaise gestion du dossier Congo. Dans une lettre adressée directement au président américain, ils s’inquiètent de l’indifférence des Etats-Unis face à une situation sécuritaire et humanitaire qui va de mal en pis. 
Ils lui ont rappelé que la RDC est ravagée, depuis plusieurs décennies, par des conflits armés à répétition. Les derniers feuilletons guerriers en date, indiquent-ils, ont pour acteurs principaux les rebelles du CNDP (Congrès National pour la Défense du peuple), mouvement politico-militaire qui vient de se muer, sans transition, en M23.
S’agissant de la mauvaise perception du drame congolais aux « States », les congressmen ont particulièrement déploré l’influence négative de Susan Rice, l’ambassadeur américain aux Nations unies, auprès du président Barack Obama et de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton. 

 

Le Potentiel annonce aussi que « Le HCR dénonce de terribles exactions au Sud-Kivu ».

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dénonce « de terribles exactions » dans la province du Sud-Kivu, où environ 878.000 personnes étaient déplacées fin octobre, la plupart vivant dans des communautés d'accueil.

« En République démocratique du Congo (RDC), les regards sont actuellement braqués sur le Nord-Kivu, théâtre d'un conflit entre les troupes gouvernementales et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), à l'origine d'une très grave crise humanitaire. Mais, de terribles exactions se déroulent aussi dans la province du Sud-Kivu, où les besoins en matière de protection sont immenses, affirme-t-il.

« Nous condamnons tout particulièrement ceux qui tirent profit de la situation précaire dans l'est du pays pour commettre de graves violations des droits humains, notamment des viols. Nous sommes toutefois encouragés par le fait que les autorités ont arrêté sept soldats accusés de pillages », a indiqué le week-end dernier un porte-parole du HCR.

Une mission interagences des Nations Unies s'est rendue en fin de semaine dernière dans la région de Minova, où ses membres ont entendu les témoignages d'au moins 72 femmes violées dans cette localité ou à proximité immédiate.

Elle a pu vérifier sur place que « des exactions directement liées au conflit - viols, pillages et présence d'hommes armés dans des installations spontanées de déplacés et des écoles - étaient monnaie courante ».

Ces cas viennent s'ajouter à au moins 76 autres qui ont été signalés par le HCR au Nord-Kivu durant les combats de novembre, sans compter les 40 qu'une ONG partenaire du HCR a recensés dans la région de Minova au cours de la même période. La mission interagences a également été informée de plusieurs cas de pillages, notamment d'articles de secours distribués aux personnes déplacées installées à Minova.

« Ces deux dernières semaines, plus de 47.000 déplacés sont arrivés dans et autour des villes de Minova, située dans le territoire de Kalehe, au Sud-Kivu, et de Bweremana, près de la frontière entre le Sud et le Nord-Kivu. Des informations font état de tragiques incidents parmi ces populations, notamment de viols.

Les troupes gouvernementales, les rebelles du M23 et d'autres groupes armés sont tous accusés de violations des droits de l'homme au Sud-Kivu, ainsi que les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les milices Mai Mai », selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Aucun signe de tension majeure entre ces dernières et les communautés d'accueil n'a été relevé. Toutefois, « les prix des denrées alimentaires augmentent et l'insécurité empêche les habitants d'accéder aux champs cultivables, ce qui affecte leur capacité à générer des revenus », souligne-t-il.

 

Est / MONUSCO 

Le Potentiel écrit «Nord-Kivu : la situation sécuritaire demeure tendue», 
«Les rapports ont signalé la semaine dernière que les éléments du M23 ne se sont pas retirés à 20 kilomètres de Goma, conformément aux accords de Kampala, mais plutôt sur les collines de Munigi, à Kibati et à Kibumba. La Force de la MONUSCO poursuit son mandat de protection de la population civile et assure également la protection du personnel et des installations des Nations unies. C’est ce qui ressort du point de presse hebdomadaire de la MONUSCO tenu mercredi à Kinshasa».

«Province Orientale : des groupes armés actifs à Duru-Kpaika-Nambia» ,
«A la suite de cette situation, l’environnement sécuritaire est jugé instable voire imprévisible dans cette partie de la République…..A en croire le Lieutenant-colonel Basse, le bataillon marocain de la Force de la MONUSCO a, à cet effet, déployé un poste opérationnel à Kpaika, dans le but d’évaluer la situation sécuritaire, contrôler la zone et protéger les populations civiles».

Le Phare titre «La MONUSCO confirme la présence de M23 à 6 km de Goma», 
«En répondant à une question de la presse lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations d’hier mercredi 12 décembre 2012, le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Prosper Félix Basse a confirmé la présence des éléments de M23 à Munigi, localité située à 6 km de la ville de Goma. La société civile de la province du Nord-Kivu qui a livré cette information, a déclaré que le M23 concentrerait des troupes dans le territoire de Nyiragongo où elle aurait aperçu la présence des troupes étrangères».

L’Observateur va dans le même sens : «Nord-Kivu : Goma et ses environs en proie a l’insécurité»,
«Les nouvelles en provenance du Nord Kivu sont plus que révélatrices. Pas plus tard que le vendredi 7 décembre courant, plusieurs habitants des localités de Kanyaruchinya, Kibati, et Mutaho ont fui vers Goma à cause de l'insécurité provoquée par la présence massive d'éléments M 23 positionnés sur les collines de Munigi et l'occupation de leurs habitations par ces rebelles, a-t-on rapporté hier mercredi 12 décembre, au point de presse hebdomadaire conjoint des Nations Unies…. Qu'à cela ne tienne, la Monusco a annoncé avoir activé le plan de protection interne de la ville de Goma dans le cadre de l'opération Wide Awake (Réveil total). C'est dans ce contexte que les forces onusiennes, indique-t-on, patrouillent sans relâche dans la capitale provinciale, particulièrement autour de sites importants, afin de prévenir et d'interdire tout incident négatif. Abondant dans le même sens, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, soutient que l'observation aérienne se poursuit également dans la conduite de l'opération unilatérale Blue Eagle (Aigle Bleu), matérialisée par les patrouilles de reconnaissance aérienne de longue portée au-dessus de plusieurs localités, notamment Goma et environs, dans le but d'évaluer la situation sécuritaire et dissuader les activités des groupes armés».

Forum des As écrit «La MONUSCO indique que les soldats de la paix ont rempli leur mission»,
«Réagissant aux propos tenus par le président ougandais accusant la MONUSCO d’être en tourisme militaire en RDC s’agissant de la chute de la ville de Goma, le 20 novembre dernier, le Porte-parole de cette institution a Kinshasa souligne que les soldats de la paix ne pouvaient pas ouvrir le feu aux portes de la ville de Goma dans le souci de protéger la population et leurs biens. Madnodje Mounoubai affirme cependant que la Force de la MONUSCO était engagée aux côtés des FARDC depuis le début des hostilités jusqu'à ce jour».

La Référence Plus (d’après Radio Okapi) : «Le M23 ne s’est pas retire de Goma de 20 km»,
«La société civile du Nord-Kivu appelle le gouvernement congolais à éviter de tomber dans le piège du M23 qui tenterait de faire échouer le dialogue de Kampala dans le but de reprendre la guerre. «Nous souhaitons que les autorités et nos partenaires de la MONUSCO en soient alertés pour que le M23 ne puisse pas faire un double jeu» a déclaré Omar Kavota, Porte-parole de la société civile du Nord-Kivu».

La presse informe aussi sur les déclarations de l’ambassadeur du Royaume-Uni en RDC, Nigel Wigan, sur le soutien de son gouvernement à la MONUSCO.

L’Avenir, sous le titre «Nigel Wigan : Le Royaume-Uni n’apporte aucun soutien au M23 ni a d’autres groupes rebelles», cite : «Son pays n’est pas impliqué, de quelque manière qu’il soit, dans l’agression dont le pays de Joseph Kabila est victime. Il ne soutien aucun groupe armé à l’Est de la RDC. Au contraire, affirme-t-il, le Royaume-Uni contribue à l’effort de la stabilité du pays en accordant chaque année la bagatelle somme de 100 millions de dollars américains à la MONUSCO, sans oublier l’aide au développement accordée au pays depuis 10 ans. Un appui selon lui qui est passé de 21 millions USD en 2002 à plus de 230 millions en 2012».

L’Observateur précise «Selon l’ambassadeur britannique à Kinshasa, la Grande Bretagne n’a jamais soutenue le M23». 
 «L'ambassadeur du Royaume uni en RDC, M. Neil Wigan a déclaré, au cours d'un échange avec une poignée des journalistes de la presse écrite, le mercredi 12 décembre 2012, que la Grande-Bretagne son pays n'appuie pas les mutins du M23, ni les différents groupes armés qui prennent corps à l'Est du pays qui déstabilisent le gouvernement en place… D'où, en cas d'une nouvelle attaque du M23, la nécessité s'impose à aider le gouvernement congolais à avoir un soutien diplomatique ; à aider ensuite les forces loyalistes à faire face aux agresseurs afin de les bouter hors du territoire national et aider également la MONUSCO à maintenir la paix, a poursuivi l'ambassadeur britannique à Kinshasa. Il a aussi rappelé que le gouvernement britannique s'est impliqué totalement et directement dans cette affaire».

Forum des As renchérit «Neil Wigan : les preuves du soutien du Rwanda au M23 sont crédibles et convaincantes». 
«Nigel Wigan a souligné que son pays considere que les preuves contenues dans le rapport du groupe d’experts sur le soutien du Rwanda (NDLR : au M23) sont crédibles et convaincantes. Par conséquent, son pays n’a pas déboursé le 33 millions d’appui budgétaire au Rwanda».

 

Affaires électorales

Ces affaires sont présentes dans la presse de deux manières distinctes. Il y a d’une part la « réforme » très limitée de la CENI, consécutive au cafouillis électoral des dernières présidentielles et législatives.

Les élections du 28/11/11 ont donné des résultats qui, en réalité, sont encore inconnus. Les fraudes les plus importantes ayant eu lieu au niveau des centres de compilation, on ne pourrait se rapprocher de la « vérité des urnes » qu’en se référant aux PV des bureaux de vote, dernière opération publique et vérifiée par des témoins. Les chiffres de la CENI ne s’accompagnaient pas de ces PV, les chiffres publiés par l’UDPS, non plus. L’Eglise n’a jamais publié les résultats partiels constatés par ses observateurs. On n’a donc que des résultats dont la crédibilité est nulle. Les législatives ont été dignes de la présidentielle, sinon pires. Mais la CSJ a entériné les résultats de la présidentielle et des législatives. Le temps s’est écoulé, les résultats des élections demeureront à jamais inconnus. Toute autorité prétendue ne relève plus que de la force, de l’intimidation, d’un coup d’état de fait. Le principal ressort de ce coup d’état consiste à progresser, comme si de rien n’était, dans les tâches qui suivent normalement une élection et à mettre le pays et le monde devant le fait accompli. 

Il y a ensuite les élections de gouverneurs de provinces qui donnent lieu à des contestations sans fin. Ceux du Bas-Congo et de la PO ne sont toujours pas nommés. Et l’on devrait voter aujourd’hui au Kasaï Occidental où le scrutin s’annonce mouvementé. Pour ces élections des gouverneurs, le problème qui se pose n’est pas celui de la régularité du scrutin, mais les divisons et incohérences qui s’y manifestent au sein de la « majorité présidentielle ». 

Elections/ CENI 

Sur ce chapitre, La Tempête des tropiques écrit : « La loi sur la restructuration de la Ceni a été enfin adoptée hier, à l’Assemblée nationale ». Ce qui, selon le journal, ouvre la voie à la succession du comité Daniel Ngoy Mulunda. Une équipe, dont les jours sont désormais comptés, croit savoir ce journal.

L’Avenir entrevoit un nouveau bureau de la Ceni et titre : « Bravo à la Majorité présidentielle. Des concessions majeures faites au nom de la démocratie ».  
La Majorité a pu accepter de faire des concessions majeures pour permettre d’assurer la transparence et la crédibilité des prochaines échéances électorales. D’autant que d’aucuns pourront croire que la restructuration de la Commission électorale nationale indépendante est la conséquence des revendications des assaillants du M23. Faux. Elle est la volonté de toutes les forces vives de la nation en raison de certaines faiblesses observées lors de la présidentielle et les législatives de novembre 2011, écrit ce quotidien. 
L’Avenir salue le courage politique de la Majorité présidentielle qui, au nom de la démocratie, a fait des concessions majeures dans la constitution du nouveau bureau de la CENI. Au cours de la plénière de mercredi 12 décembre, l’Assemblée nationale a procédé à un vote historique du projet de loi modifiant et complétant la loi n°10/013 du 28 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la CENI. 
Ainsi, par ce vote, l’Assemblée nationale vient encore une fois de démontrer que là où l’intérêt supérieur de la Nation l’exige, il n’y a ni Majorité ni Opposition. 
Coup de chapeau à la Majorité présidentielle qui a accepté de faire des concessions majeures pour assurer la transparence et la crédibilité des prochaines échéances électorales, mais aussi pour rencontrer les recommandations de la communauté internationale, autour des cinq options ci-après : la nécessité de doter la CENI de deux organes, l’implication de la Société civile au titre de troisième composante à côté de la Majorité et de l’Opposition, la désignation de 13 membres de la CENI par les trois composantes selon le quota défini, la répartition équilibrée des attributions entre les membres et la représentation d’au moins 30% des femmes au sein des organes de la CENI. 

Elections des gouverneurs de provinces

La Référence + constate « Toujours pas d’investiture de gouverneurs élus ».  
Les nouveaux gouverneurs de la Province Orientale, Jean Bamanisa, et du Bas-Congo, Jacques Mbadu, n’ont toujours pas été investis par le chef de l’Etat, plus d’un mois après leur élection. 

Les nouveaux gouverneurs de la Province Orientale, Jean Bamanisa, et du Bas-Congo, Jacques Mbadu, n’ont toujours pas été investis par le Chef d’Etat, plus d’un mois après leur élection. Une requête en annulation de l’élection de Jacques Mbadu est en cours d’examen à la Cour suprême de justice (CSJ), ont indiqué des sources judiciaires, ce mercredi 12 décembre. Par contre, celle de Jean Bamanisa a été définitivement confirmée par la Cour d’appel de Kisangani. Mais son investiture tarde.

Dans un communiqué de presse parvenu mardi 11 décembre à Radio Okapi à Bunia, l’Union des patriotes congolais (UPC) accuse le Président de la République de violer la Constitution en ne signant pas l’ordonnance d’investiture du gouverneur élu de la Province Orientale.  
Ce parti politique relève que l’article 80 de la constitution est violé par Joseph Kabila. Cet article stipule: «Le Président de la République investit par ordonnance les Gouverneurs et les Vice-Gouverneurs de province élus, dans un délai de quinze jours ». Les quinze jours prévus après la proclamation des résultats par la Cour d’appel sont largement dépassés, selon le parti de Thomas Lubanga, emprisonné à la CPI. «Nous nous étonnons que jusqu’à ce jour que le résident de la République, qui est une institution habilitée à investir le gouverneur par une simple ordonnance présidentielle, tergiverse», a déclaré le président intérimaire de l’UPC, John Tinazabo. 

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, parle d’«agitation inutile », et indique qu’un recours de contestation de l’élection de Jean Bamanisa a été introduit à la CSJ par le candidat perdant, Jeef Lioto. Pour lui, il faut laisser la justice faire son travail. Lambert Mende estime que l’UPC s’agite inutilement: « Je pense qu’il y a trop d’agitation. Ces personnes doivent bien lire les textes de loi qui régissent la République. Après une telle opération électorale, il y a tous les délais de recours à la cour d’appel et à la Cour suprême de justice. Le Chef de l’Etat ne peut pas intervenir tant que les hautes instances judiciaires n’a pas clôturé l’ensemble des procédure.» 

Pour les avocats de Jean Bamanisa, il n’existe pas de recours à la Cour suprême contre les arrêts de la Cour d’appel de Kisangani. A ce sujet, des sources de la CSJ se demandent aussi «pourquoi le gouverneur de la Province Orientale n’est pas encore investi, alors que son élection a été définitivement confirmée par la Cour d’appel de Kisangani». Les avocats de Jean Bamanisa demandent au président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) de transmettre au Chef de l’Etat le dossier de leur client pour son investiture. Pour sa part, le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli, rappelle que les deux cours d’appel de Matadi et de Kisangani avaient déjà validé les résultats provisoires du second tour des scrutins organisés par son institution, mercredi 31 octobre dernier. Bref, c’est le « suspense ». 
«Les requérants sont venus saisir la Cour suprême de justice en procédure d’appel. Nous sommes maintenant en train d’attendre la décision de la plus haute instance judicaire. L’affaire étant pendante devant les juridictions, la Ceni n’a pas le pouvoir de faire des injonctions sur le pouvoir judiciaire, qui, seul, est habilité à rendre les résultats définitifs», a indiqué Jacques Djoli.  
La Ceni se félicite d’avoir organisé des élections libres, transparentes et démocratiques au Bas-Congo et en Province Orientale. Mais, elle s’étonne du manque de culture électorale et démocratique des parties prenantes aux élections. «C’est cela la problématique de l’instauration et de la consolidation de la culture démocratique dans des pays à culture autoritaire et clientéliste », selon le vice-président de la Ceni. Quant à l’investiture des gouverneurs élus, a-t-il poursuivi, chaque institution doit savoir jouer son rôle.

D’après des sources de la Cour suprême de justice, il faut encore attendre l’examen du recours du candidat gouverneur contestataire de l’élection du Bas-Congo. Il a été déposé par le candidat malheureux, Deo Nkusu, qui dénonce les «irrégularités» du scrutin.

L’assemblée provinciale du Kasaï Occidental a déchu le gouverneur Hubert Kabasu babu qu’elle accusait de mauvaise gestion. D’où, là aussi, une élection de gouverneur. La Ceni a confirmé la tenue de l’élection  du gouverneur du Kasaï-Occidental pour ce jeudi 13 décembre à Kananga. La Ceni dit vouloir respecter son calendrier, en dépit du recours en annulation introduit à la Cour suprême de justice par un des douze candidats. Ce dernier estime que le nombre de députés à l’assemblée provinciale est insuffisant pour organiser ce scrutin.
Benoît Janvier Tshibuabua Kapia Kalubi, l’un des candidats en lice pour l’élection du gouverneur du Kasaï-Occidental, a saisi la Cour suprême de justice,  lundi 10 décembre, pour obtenir l’annulation du calendrier de la Ceni, fixant ce scrutin à ce jeudi 13 décembre. Il estime que le nombre de députés provinciaux est insuffisant, une quinzaine d’entre eux ayant  perdu leur légitimité pour avoir quitté  délibérément leurs partis politiques ; tandis que ceux qui sont morts, n’ont pas été remplacés par leurs suppléants.

Le vice-président de la Ceni, Jacques Djoli, a estimé que ce recours ne pouvait pas freiner ce processus. «Pour le moment, cette question de la qualité des députés provinciaux ne se pose pas à notre niveau. C’est lorsque la plénière sera convoquée, ce 13 décembre, que le président de l’assemblée provinciale va remettre à la Ceni la liste des députés provinciaux et le PV de quorum. Directement après, nous allons passer au scrutin.» Pour le vice-président de la Ceni, la démarche de ce candidat «n’empêche pas la Ceni de continuer, de manière imperturbable, le processus ». 
Le droit de saisir la justice est garanti constitutionnellement, a-t-il reconnu. En ce qui concerne le contentieux, selon lui, il est organisé par la législation en vigueur, en trois phases: celle de contentieux des candidatures, celle de contentieux des scrutins et celle des résultats électoraux. A la Cour suprême de justice, l’on affirme que la Cour d’appel de Kananga n’a pas été saisie d’une quelconque requête en annulation du calendrier de la Ceni.

D’après une nouvelle de dernière minute, donnée par Radio Okapi Alex Kande Mupompa vient d’être élu gouverneur du Kasaï-Occidental par 44 voix sur 47 votants. « Plus d’infos à venir », annonce la radio onusienne.

Divers

La Prospérité annonce le discours sur l’état de la Nation que Joseph Kabila va prononcer devant les députés et sénateurs ce samedi 15 décembre.  
Pour cette année, l’adresse du chef de l’Etat intervient dans un contexte politique national caractérisé par une nouvelle guerre d’agression dont le pays est victime dans sa partie orientale. La situation à l’Est va occuper une grande partie du discours du Président Kabila et bien entendue, les questions socio-économiques ne seront pas occultées.

Le Phare revient sur l’assassinat de Patrice-Emery Lumumba, sous un titre interrogateur : « un crime de guerre ? ». 
En effet, la chambre de mise en accusation de Bruxelles a répondu positivement, mardi, à la plainte introduite par les fils du premier Premier ministre congolais. Selon cette instance, poursuit Le Phare, l’assassinat de Lumumba est un crime de guerre, parce qu’intervenu en janvier 1961, au moment où le Congo était secoué par un conflit armé. Bref, conclut le journal, plusieurs personnalités congolaises et belges encore en vie risquent d’être rattrapées par leur histoire.

 

 

Monitoring des Secteurs

Goma

Radio Télévision Mishapi Voice TV

1.  Visite macabre hier chez le journaliste Ali Ndjate animateur de l’émission Benda Bilili a la radio télévision Mishapi Voice TV. Notre confrère revenait de la station ou il venait de présenter ses émissions le soir. Arrivé a la maison des voleurs armés se sont introduit chez lui et ont commence a lui menacer de mort.

2. A Goma, les pièces de la prison centrale Munzenze réhabilites pouvant abriter 150 prisonniers sont prêtes. Hier le gouverneur de province Julien Paluku les a visitées. Ces pièces sont équipées et desservies en eau et en électricité. Des matelas ainsi que des couvertures ont été achetés par le gouvernement provincial. La réhabilitation a été faite par l’Association du Barreau Américain (ABA). A cette occasion le gouverneur lance un appel aux prisonniers qui ont fui de revenir. Il promet que des mesures atténuant les peines vont être prises en faveur des prisonniers qui reviendront volontairement.

3. Charles Nawej ministre des affaires humanitaires est en visite à Goma. Objectif assister les déplacer et voir où les partenaires n’ont pas assisté pour que le gouvernement puisse assister les déplacés en entièreté.

4. La société minière du Sud-Kivu BANRO a donné une assistance aux déplacés de Mugunga hier. Selon le délégué de Banro qui a acheminé cette aide, il s’agit pour sa société d’un geste de compassion à la population affectée par la crise de guerre. Les déplacés qui félicite le geste demandent aux autres partenaires de pouvoir les aider avec des bâches pour ériger des abris.

Radio Kivu 1

1.  Pour ceux qui se lamentaient par rapport à la voirie de Goma ; Au total 47km de voirie seront réhabilités. 10km le seront pour la première phase et les travaux se clôtureront d’ici juin 2013. 13 millions de dollars c’est le coût de ces travaux. Dix 10millions sont déjà disponibles a dit le DG de l’OVD en mission à Goma. Le reste de voirie sera financé par le partenariat avec l’union européenne, a-t-il. DG OVD. Du côté de TRAMENCO, le DG de cette entreprise qui réhabilite la voirie de Goma affirme que le tronçon routier Signers-Katindo sera couvert d’asphalte d’ici fin janvier 2013.

2. Le M23 se retire progressivement à 20km de Goma. C’est conformément à la résolution CIRGL. C’est ce qu’affirme le Léon Mabungo de CIGL à Goma. Il répondait aux inquiétudes de la population. Hier une rumeur a envahi la population sur la probable reconquête de la ville par des troupes du M23. Cet officier CIRG affirme que l’aéroport de Goma est contrôlé par la force de la Monusco en attendant la mis en application des accords sur le déploiement des bataillons fardc et M23. 

 

Radio Télévision Nationale Congolaise, Rtnc Goma

1.  La prison centrale de Munzenze à nouveau opérationnelle. Sa remise en service a été par le gouverneur hier.

2. A Goma, deux voleurs ont été maitrisés par les jeunes du quartier Himbi vers l’église Antiokia. Ces présumés bandits arrivés à moto ont été remis a la police. Ce comportement des jeunes qui n’ont pas préféré se rendre justice a été remercié par le service de protection civile.

3. Le gouvernement provincial a disponibilisé 5 mille dollars pour acheter la ration et équiper la prison centrale de Munzeze. C’est la Monusco et l’association du barreau américain(ABA) qui ont appuyé sa réhabilitation.

4. Une plainte contre inconnu a été déposée par l’association de droit de l’homme ASVOCO au parquet hier. Cette association se plaint des cas de justice populaire et demande à la justice de rechercher les coupables de ce que Dufina tabu président ASVOCO appelle « le cannibalisme » qui a été vécu à Goma la semaine passée. Pour rappel plusieurs cas de justice populaire ont été rapportes dans la ville ; la population dans certains quartier lapidait e brulait vif des présumés voleurs et bandits. L’asvoco promet d’aider à identifier les meneurs.

Radio okapi antenne de Goma

1. Dialogue Gouvernement congolais - M23 à Kampala : Après la réplique hier du chef de la délégation gouvernementale, le ministre Raymond Tshibanda, aux allégations de violation massive des droits humains et de mauvaise gouvernance faites par le M23, l’heure est maintenant à l’apaisement. Les esprits semblent désormais disposés à la poursuite des pourparlers.

2. Au Nord-Kivu: Les rebelles du M23 sont toujours à la porte de Goma. Ce mouvement ne s’est pas retiré à 20km de la ville, conformément aux résolutions du sommet des chefs d'Etat de la CIRGL, prises à Kampala le mois dernier. Les rebelles sont à Munigi, à seulement une dizaine de Km de Goma. Cette situation créé une certaine psychose au sein des habitants de Goma qui redoutent une éventuelle attaque sur la ville. Du coté du Mécanisme Conjoint de Vérification de la CIRGL, on reconnait les faits. Cependant, les responsables de cette structure de la CIRGL affirment que le processus de retrait est toujours en cours, et que le M23 va se retirer à 20 km de Goma, comme initialement prévu. C’est comme l’explique ici le Coordonnateur adjoint du Mécanisme Conjoint de Vérification, le Colonel Léon Mahoungo.

3. Le lancement de la deuxième phase des travaux de réhabilitation de la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Goma sera un peu retardé. Et pour cause? L'insécurité qui prévaut à Goma. Pour les responsables de l’ONG Agro Action Allemande qui exécute les travaux, la sécurité du personnel n'est pas assurée. Mr Christophe Von, chef de mission de AAA Nord-Kivu, signale toutefois que c'est la société autrichienne STRABAG qui a gagné le marché pour cette nouvelle phase qui consiste à bitumer la partie de la piste décapée par AGRO ACTION Allemande. Selon lui, AAA avait recu depuis novembre passé, l’exonération dont elle avait besoin pour les matériels.

4. 7 délégués des déplacés de Mugunga, accompagnés par le HCR et ses partenaires humanitaires, ont effectué, hier mardi, une visite de prospection de terrain en territoire de Rutshuru. L’objectif était de permettre aux déplacés eux-mêmes d’aller s’enquérir de la situation sécuritaire et sociale dans leurs différentes localités d’origine. Les avis sur la situation des zones de retour dans le Rutshuru restent mitigés. Pour le HCR, c’était un processus, dans le cadre d'une forte demande de retour exprimée par les déplacés de Mugunga 3.

 

Bukavu

RADIO MAENDELEO
1- L’Etat-major de général des FARDC vient de lancer la deuxième phase de recrutement de jeunes dans l’armée régulière. Selon le Col Joseph Kusimwa environ 400 jeunes ont rejoint l’armée lors de la première phase au Sud Kivu.

2- Les députés provinciaux sont décidés à dénicher à a quel niveau les recettes de l’Etat sont détournées entre le ministère et les divisions provinciales. 54 chefs de division sont invités à l’assemblée provinciale pour s’expliquer.

3- A Kampala, les discussions semblent ne pas avancer pour le moment entre les rebelles du M23 et les autorités congolaises. Il n’y a pas eu de négociations directes hier mercredi entre le gouvernement congolais et le mouvement rebelle en est encore a la phase de conciliabule avec des rencontres entre les chefs des délégations et le médiateur ougandais pour préparer l’ordre du jour

4- Le député provincial Kalenga Riziki plaide pour la paix et la concorde dans la cité de Kamituga. Réagissant ainsi à la marche que les jeunes ont organisée le lundi jusqu'à sceller le bureau des affaires foncières a Kamituga. Selon nos sources ces jeunes protestaient contre l’entrée illégale en fonction de Madame le conservateur des titres fonciers à Kamituga, Mukakala Kujua suspendu pour trois mois par l’administrateur du territoire de Mwenga.

RTNC

1- Les pourparlers de Kampala hier mercredi a été a leur troisième jour consécutif. Le round de hier mercredi devait être consacré à l’essentiel des discussions entre la délégation gouvernementale et celle du M23. Pas de negociation directe et effective hier mercredi a Kampala entre le gouvernement congolais et les M23. On en est encore à des rencontres entre les chefs de délégations et le médiateur ougandais pour préparer l’ordre du jour.

2- Poursuite hier a l’assemblée provinciale de l’audition des chefs de divisions de l’administration publique au sujet de l’exécution du budget 2011 et de celui du premier semestre 2012. Au total quatre chefs de divisions ont été entendus.

3- La deuxième phase du recrutement des militaires au sein des FARDC dans la province du Sud Kivu se poursuit à l’Etat-major de la 10eme région militaire au bureau des unités des FARDC et de la Police.

 

RADIO NENO LA UZIMA

1- Les rapports du budget de la province du Sud Kivu 2011-2012 ont été présentés ce mercredi 12 décembre par les chefs de divisions provinciaux et sont différents des rapports présentés par l’exécutif provincial. Les chiffres statistiques présentés par les chefs de divisions ne reflètent pas de ceux présentés par le gouvernement provincial.

RADIO VISION SHALA

1- Les chauffeurs de taxi de Bukavu se plaignent des tracasseries dont ils sont victimes de la part de certains éléments de la police de la circulation routière. Le cas le plus récent est celui constaté a la place Muzirwa a Nyawera en commune d’Ibanda où les taximen sont sommés de payer chacun un montant de 500FC par jour a part d’autres barrières dans différents axes de la ville de Bukavu. Contacté l’autre fois sur la même question le commandant de la police de la circulation routière le Maj. Makonga avait laissé entendre que ces chauffeurs ne doivent en aucun cas donner leur argent aux policiers sur la route.

2- La deuxième phase de recrutement au sein des FARDC a débuté il y a longtemps. Ce sont les propos du Col. Kusimwa Sumaili Joseph chargé des recrutements a la 10eme région militaire. Pour lui 416 recrues qui ont été enregistrés pour la première phase. C’est dans l’objectif pour renforcer l’effectif militaire et prendre la relève de cela qui seront retraités, voila ce qui a motive ce recrutement sur toute l’étendue du territoire nationale.

RADIO OKAPI BUKAVU

1. Deux personnes sont mortes asphyxiées hier dans un éboulement survenu à Lemera, dans les moyens plateaux d'Uvira. L'incident s'est passé dans un carré minier de Mugerero, à Lemera centre. Les creuseurs au nombre de six se trouvaient dans un couloir souterrain au moment où l'effondrement a eu lieu. Les témoins affirment que quatre parmi ces creuseurs ont réussi à être extraits. Mais deux ont été complètement ensevelis. L'autorité civile locale attribue cette catastrophe au manque d'entretien du puits minier et aux pluies diluviennes.

2. Un accident mortel s’est produit ce mardi soir vers 19 heures sur le national numéro 2 au niveau de Karhale en commune de Kadutu. Selon le chef de quartier Nkafu, le bilan fait état d’un motard tué et sa cliente, une dame blessée grièvement. Un camion chargé de marque Fuso  en provenance de Walungu ou Mwenga a percuté la moto en eu la descente du village d’enfant SOS près du centre neuropsychiatrique SOSAME. Les habitants en colère ont calciné le camion sur place. La dame blessée suit les soins à l’hôpital provincial de Bukavu.

3. Un camion transportant des braises et des personnes s'est renversé hier mardi au niveau de Nyamarhege en territoire de Walungu . La société civile de Walungu qui livre l'information fait état d'un homme blessé et qui a été  conduit dans un centre hospitalier pour des soins . Ce véhicule revenait de Nyamarhege et se rendait à Bukavu . La même source qui déplore cette situation , indique que la surcharge et le mauvais état de la route sont à l'origine de cet accident.

4. Un incendie s’est déclaré à Kalungu-centre en territoire de Kalehe à plus de 140 km au nord de Bukavu la nuit dernière vers 20 heures faisant un important dégât matériel. Selon le chef du centre de Kalungu, le feu a consumé plus de 27 boutiques réparties sur 6 blocs de bâtiments en matériaux semi durables dans ce centre commercial situé à 13 km au sud de Minova. L’incendie est dû à une bougie restée allumée dans une des échoppes. C’était quand les occupants étaient partis chercher de quoi manger au village. Les petits négociants se retrouvent ainsi dépourvus de tout moyen de vivre après cet incident malheureux, affirme notre source.

5. A Kiliba ONDS, en territoire d'Uvira, un corps sans vie a été découvert hier dans une brousse aux environs d'une base militaire au secteur six. Ce sont des paysans cultivateurs qui l'ont trouvé avant d'alerter les agents de l'ordre. D'après le chef du village contacté à ce sujet, ce corps non clairement identifié présentait des traces d'étranglement. D’autres sources sur place au village ont affirmé que deux civils auraient été enlevés dimanche dernier et portés dans une destination inconnue par des hommes armés. La police dit avoir ouvert des enquêtes sur ces cas.

6. La société civile de Kabare dénonce la persistance de multiples barrières érigées à divers endroit s du territoire et notamment celle placées sur le pont Nyakiduduma entre la commune urbaine de Bagira et les villages environnants de Mbobero. Selon notre source, les militaires placés à cet endroit tracassent la population venant approvisionner la commune de Bagira ou la ville de Bukavu. Les militaires font payer de l’argent aux passants en dépit de la promesse de la dixième région militaire d’interdire toute barrière illégale sur toute l’étendue de la province. Interrogé, le bourgmestre de Bagira reconnait les faits et promet d’examiner dans le prochain conseil communal de sécurité les modalités de prendre en charge les militaires déployés à cet endroit. La société civile dit avoir dénombré plus de 33 barrières illégales érigées à divers endroits du territoire de Kabare.

7. Les coordinateurs médicaux des communautés membres de l'Eglise du Christ au Congo ECC Sud Kivu suivent depuis ce Mercredi un atelier de formation sur le système national d'information sanitaire . Cette formation de trois jours se déroule dans la salle des réunions de RIO à Bukavu et les participants viennent des différents bureaux des services médicaux des communautés membres de l'ECC à Bukavu . 

8. Début ce mercredi à Burhale dans le territoire de Walungu d'un atelier de formation sur la lutte anti érosive . Selon le chef de groupement de Burhale , cet atelier vise à sensibiliser la population de Walungu sur l'importance de la lutte contre les érosions qui dénudent la terre et la rend infertile dans ce milieu . Cet atelier regroupe les agronomes , les femmes responsables des associations de développement et les représentants des groupements de Burhale, Mulamba, Mushinga et Lubona . La formation de 4 jours est organisée par l'association Programme d'appui au développement PAD. Elle a lieu au centre communautaire polyvalent Nduhula à Burhale.

9. Le Bourgmestre de la commune de Bagira vient de nommer deux nouveaux chefs de quartiers dans son entité . C'est dans le cadre de renforcement administrative communal à la base et sur instruction du ministre provincial de l'intérieur. Cela fait suite à une suspension momentanée des anciens chefs de quartiers Mulambula et Cikonyi pour leur faiblesse dans la gestion de leurs quartiers comme l'indique le bourgmestre de Bagira. L' acte de nomination des deux nouveaux chefs de quartiers Cikonyi et Mulambula a été signé hier Mardi par le bourgmestre en attendant la nomination définitive qui sera faite par le ministre provincial de l'intérieur indique la même source.

10. La section DDRRR / MONUSCO / Bukavu a rapatrié ce Mercredi 6 personnes dans leur pays natal le Rwanda . Il s'agit de 2 ex combattants FDLR, 3 enfants et un civil tous des dépendants. Toutes ces personnes sont venues de Busoro en territoire de Walungu.

 

Bunia

 

Radio canal révélation, RCR 

1. 4morts dont un policier, un agent de l’agence national de renseignement, ANR et un important dégât matériel est le bilan d’une attaque des hommes armés en cité d’Ingbokolo en territoire d’Aru à 350 kilomètres au Nord de Bunia le mardi dernier de 19h00 à 2h00. D’après le chef de la communauté Kakwa vivant à Ingbokolo les malfrats abord des 5 jeeps ont pénétré la frontière de la RD Congo et le Sud-soudan par Kengezi base et s’en sont pris aux boutiques et magasin d’Ingbokolo. Pour l’administrateur du territoire d’Aru Monsieur Ambroise Butela ces malfrats seraient des jeunes d’Ingbokolo se faisant passées pour des voleurs étrangers. Selon des sources indépendantes, les malfrats étaient venus libérer les leurs détenus au cachot d’Ingbkolo. L’on se souviendra il n’y a pas longtemps des hommes armés avaient attaqués la prison d’Ariwara toujours en territoire d’Aru pour libérer leur camarade.  (RCR,RMB,RTCC,RTNC)..

2. L’association des coopératives des éleveurs de l’Ituri, ACOPELI a besoin de financement pour rétablir ses activités après les guerres qui ont secoué l’Ituri.

Radio télévision communautaire Candip,R TCC

L’Ong AEFA a repris la construction du chanteau d’eau qui devra fournir plusieurs bornes fontaine et robinet du quartier Bankoko en cité de Bunia. Notons que ce projet avait été suspendu à cause des scènes de pillages et destruction méchante qu’avait eu lieu dans la cité de Bunia suite à la prise de la ville de Goma par le M-23.

Radio merveille Bunia, RMB

1. Le colonel Alexe Munyalizi de la FARDC a annoncé hier à la presse que la deuxième phase de recrutement des jeunes de l’Ituri pour le service militaire au sein de la FARDC a débutée. Les candidats sont les jeunes de 18 à 25 ans.(RMB, RTNC).

2. Les assaillants qui ont attaqué la cité de Durban et assassiné un habitat le mardi dernier étaient des bandits, l’un d’eux se trouvent aux arrêts a informé le commissaire du district du haut Uele monsieur Rwabona Mugabe.

3. Les activités ont repris hier au centre de négoce d’Iga-barrière en territoire de Djugu, après les échauffourées qui a caractère ce centre le mardi dernier (RCR,RMB,RTCC,RTNC)..

4. Seul le fond national d’entretient routier, FONER est habilité a percevoir la taxe sur la route Mambsa-Isiro d’après une décision de l’administrateur du territoire de Mambasa, cela dans le but de réduire les tracasseries de la FARDC et certains services de l’Etat sur cette route.

5. Une alimentation a été cambriolée la nuit d’avant-hier au quartier Lumumba en cité de Bunia, les malfrats ont emporté un post téléviseur et d’autres biens.

 

© CongoForum, le jeudi 13 décembre 2012

 

Pour plus détails sur l’actualité congolaise, voyez www.CongoForum.be

 CongoForum est un site web unique qui existe depuis octobre 2005. Nous avons vraiment besoin de votre soutien financier. Merci de verser votre soutien sur le compte nro 738-0181033-53 de l’asbl CongoForum. Vous pouvez le faire sur une base mensuelle ou annuelle, comme vous voulez. Un grand merci d’avance! Encore des questions? Mr. Klaas Vanhalst vous répondra: klaas@congoforum.be .

 

 

< Retour