Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Dernières infos

14 05 18 La Libre Afrique - RDC: des surprises dans la liste des partis admis à participer aux élections, dont quatre UDPS

La liste des partis politiques qui seront autorisés à participer aux élections générales prévues le 23 décembre prochain en République démocratique du Congo (RDC) réserve quelques surprises, avec notamment quatre formations autorisées à concourir sous l’appellation d’Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), le parti historique d’opposition, et l’absence de la plateforme Ensemble de l’opposant Moïse Katumbi Chapwe, relève la presse kinoise.
Cette liste des partis et regroupements politiques appelés à participer aux élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales a été publiée jeudi au journal officiel.

Quatre partis portant le nom d’UDPS ont été retenus: l’UDPS/Tshisekedi dirigée par Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, le fils du fondateur de ce parti parfois qualifié de « fille aînée de l’opposition », Etienne Tshisekedi wa Mulumba, décédé le 1er février 2017 à Bruxelles, l’UDPS/Tshibala (du nom du courant fidèle au dissident de l’UDPS originale portant le nom du Premier ministre Bruno Tshibala et dirigé par Tharcisse Loseke, rentré en RDC après des années d’exil en Belgique), l’UDPS/Renove dirigée par Valentin Mubake, un ex-conseiller de Tshisekedi père, et l’UDPS/Kibassa dirigée par Augustin Kibassa Maliba, l’un des fondateurs du parti en 1982.

Toutes ces ailes de l’UDPS se revendiquent de l’opposition, explique le site d’information Actualité.cd.

La plateforme Ensemble de M. Katumbi – un ex-allié du président Joseph Kabila passé à l’opposition en 2015 et vivant en exil en Belgique – ne figure par contre pas sur la liste des regroupements politiques en RDC.

Ex-gouverneur du Katanga minier, M. Katumbi a été condamné dans une affaire immobilière dont il conteste tout fondement. Il risque d’aller en prison s’il revient en RDC. Il est également poursuivi pour recrutement présumé de mercenaires et les autorités l’accusent aussi d’avoir eu la nationalité italienne alors que la nationalité congolaise est exclusive.

< Retour