Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Actualités

09 03 18 La libre Afrique - RDC : Moïse Katumbi réunit les siens à Johannesbourg

Le processus électoral est engagé en République démocratique du Congo. Un processus qui doit aboutir, selon le calendrier diffusé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales le 23 décembre prochain malgré certaines déclarations du patron de cette institution, Corneille Nangaa, qui a déjà laissé entendre que certaines difficultés pouvaient engendrer un certain retard… Alors que le scrutin était prévu pour décembre 2016 selon la Constitution promulguée en 2006 par le président hors mandat Joseph Kabila.


Des propos repris, à mi-mots, la semaine dernière par le nouveau secrétaire générale permanent du PPRD (le parti du président), Emmanuel Shadary qui, en prenant ses fonctions, a expliqué que les élections auraient bien lieu mais que cela pourrait être après le 23 décembre 2018.

Du côté de l’opposition, les candidats se préparent pour cette échéance. Cette semaine, l’UNC de Vital Kamerhe et le MLC d’Eve Bazaiba ont annoncé la création d’une plateforme commune pour se présenter à ces scrutins.

De son côté, Moïse Katumbi, candidat déclaré à la course à la présidence, organise de ce vendredi à lundi un conclave des « Forces du changement » à Johannesbourg, la capitale sud-africaine. Ses partenaires traditionnels que sont le G7 et l’AR seront présents mais « d’autres personnalités nous rejoindront », déclare un proche de l’ancien gouverneur du Katanga. Un Moïse Katumbi qui caracole largement en tête des rares sondages organisés en RDC mais qui, officiellement, ne peut se présenter à ce scrutin suite à une condamnation judiciaire à trois ans de prison pour une affaire de spoliation d’immeuble jugée comme une « bêtise » par les évêques congolais qui se sont penchés sur ce dossier à la suite de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Le cas de Moïse Katumbi, comme ceux de plusieurs autres prisonniers politiques ou exilés sont d’ailleurs clairement mentionnés dans le point « décrispation » de cet accord de la Saint-Sylvestre signé par la majorité et l’opposition sous l’égide de la Cenco le 31 décembre 2016.  Un accord que toute la classe politique s’est engagée à respecter scrupuleusement et qui est présenté comme le socle de tout le processus politique à venir en RDC. Les Nations unies comme l’Union africaine ou l’Union européenne n’ont eu de cesse de rappeler que l’application intégrale  de cet accord était la condition sine qua non pour la tenue d’un scrutin apaisé et démocratique en RDC.

Marie-France Cros

< Retour