Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Actualités

09 05 18 La Prospérité - Jean-Pierre Alumba : ‘’ l’abandon de l’enrôlement de la diaspora va violer la Constitution et exacerber les animosités “

Samedi 5 mai 2018, Corneille Nangaa (CENI) a confié au Parlement congolais que face aux difficultés d’ordre divers la CENI est pour l’abandon de l’enrôlement des congolais de l’étranger afin de respecter le rendez-vous du 23 décembre 2018. En tant que Directeur Exécutive de la Diaspora Congolaise pour le Développement et délégué de la diaspora aux différents dialogues, Jean-Pierre Alumba Lukamba ne s’est pas fait prier pour livrer son opinion. Suivez ses propos.


La nouvelle est tombée samedi. La CENI se prononce pour l’abandon de l’enrôlement des congolais de la Diaspora et demande le quitus de l’Exécutif ainsi que du pouvoir législatif. En tant que figure connue de la diaspora qu’en pensez-vous?

Alumba: « Jusqu’à présent, ce ne sont que des intentions. Il n’y a pas encore une décision de la CENI annulant l’enrôlement des congolais vivant à l’étranger. Nous ne croyons pas que la CENI a l’intention de violer l’article 13 de la Constitution, la loi électorale ainsi que le calendrier électoral en supprimant l’enrôlement et le vote de la Diaspora Congolaise. Cela risquerai encore d’augmenter l’animosité entre notre pays et sa diaspora”.

Okay. Jusque-là ce n’est qu’une intension. Au cas où cette  option devrait sérieusement être discutée pour une décision. Que conseillez-vous aux parties prenantes Ceni-Gouvernement-Parlement?

Alumba: ‘’ Ils doivent d’abord garder à l’esprit qu’une telle décision irait dans le sens de violer un droit et un devoir reconnu à une frange des compatriotes.
Personne n’a intérêt ni le droit à prendre des initiatives susceptibles de réduire le droit de certains citoyens ni de décrédibiliser le processus électoral en cours. En effet, nous avons des raisons de croire qu’en publiant le calendrier électoral il y a de cela 5 mois, la CENI a eu le temps d’analyser sans complaisance les différents paramètres en ligne de compte. Mais, si des contraintes insurmontables devaient se présenter, les parties prenantes ont le devoir de transparence pour minimiser les suspicions et dégager, éventuellement, les responsabilités du blocage. Ils doivent s’efforcer de trouver un réel consensus autour d’une telle question et faire participer la diaspora à la recherche des solutions “.

Que pensez-vous et que pensent vos compatriotes de la Diaspora sur la question de l’usage de la machine à voter?

JP. Alumba: ‘’Les avis sont très partagés. On a suivi beaucoup de commentaires et cela dans tous les sens, ce qui naturellement a eu pour conséquence de susciter dans le chef de certains compatriotes, un certain doute quant à l’atteinte des résultats objectifs. Mais, après la série de démonstrations ayant permis d’écarter l’idée qu’on nous amenait vers un vote électronique, certains membres du moins ceux ayant suivi des explications en rapport avec les démonstrations semblent adopter une attitude positive.  C’est l’occasion de fustiger ici le fait que la CENI n’a encore pris aucune initiative concrète pour former et informer nos membres sur certaines questions pertinentes du processus électoral en cours”.

Propos recueillis par Danny Ngubaa

< Retour