Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Actualités

10 08 18 Candidats à la présidentielle : voici ce qu’ils comptent faire du Congo (Le Phare)

La date du 08 août 2018 était spéciale pour l’avenir du pays avec la clôture du dépôt des candidatures aux élections présidentielle et législatives. C’était une journée décisive pour les candidats à la présidentielle du 23 décembre 2018. Chacun des candidats, ou mandataire,
s’est exprimé sur ce qu’il envisage faire de notre cher et beau pays, la République Démocratique du Congo.

Pour Charles Luntandila, sa candidature n’est autre que la recherche
du positif dans la gestion de la res publica. Apporter sa contribution
dans l’émergence et le développement du Congo en tant que fils de ce
pays: c’était l’essentiel de son message.

Pour Marie Laure Kawanda, sa vision porte sur le changement des
mentalités. Sa candidature est une demande de son terroir.
 
Pour Marie José Ifoku, l’acte posé est motivé par le fait que son
pays vit dans une misère indescriptible. En tant que femme, elle ne
peut plus supporter cela. Son plan d’action repose sur la restauration
de l’autorité de l’Etat ; reformer l’administration, la police, l’armée
; lutter contre la corruption; relancer l’agriculture, etc.

Pour pasteur Theodore Ngoy Ilunga  wa Nsenga, « les Congolais ont été humiliés, ils n’ont pas été  protégés. Il est temps que les Congolais
fassent un choix, celui de la rupture avec la misère ou la continuité
avec celle-ci».
 
Yves Mpunga a souligné que ce qui suit : « C’est une minorité qui
mène une vie normale et la majorité subit les décisions  de ceux qui
sont en train de gérer le pays. D’où la nécessité d’apporter des
changements en étant à l’intérieur et non à l’extérieur. C’est la
raison du dépôt de ma candidature». Quant à la machine Voter, il a
souligné qu’il a eu un entretien avec le président de la Ceni en lui
démontrant certaines failles.
 
Antoine Gizenga, le patriarche est aussi sur la liste des candidats à la présidence. C’est son fils, Gizenga Lugi, secrétaire permanent du Palu, qui a été mandaté pour le dépôt de ladite candidature. Interrogé ce candidat, qui, en 2008, avait démissionné à cause du poids de l’âge, il a répondu qu’il avait démissionné pour aller organiser son parti.
 
Pour Gabriel Mokia, il y a beaucoup de situations difficiles
dans ce pays, à savoir les arrestations, les enlèvements. Il temps de
se lever, étant donné que, selon lui, les réclamations de l’opposition
n’ont jamais été prises en considération. Interrogé sur la candidature
commune, il a souligné qu’à l’impossible nul n’est tenu. Ils sont déjà
candidats en ordre dispersé.

Pour Samy Badibanga, son combat est de lutter contre les inégalités
sociales. «Nous voulons un pays qui permette à tout citoyen de mener
une vie décente». Il compte focaliser sa politique sur la sécurité
afin d’attirer les investisseurs, et l’économie de la mobilisation des
recettes, la diversification des exportations pour cesser de tout
assoir sur les mines alors que la terre est fertile. Quant au candidat
commun, il y croit. Mais pour la machine à voter, il y a lieu de faire
un travail important surtout pour les 10 millions d’électeurs sans
empruntes digitales.
 
Pierre Honoré Kazadi Ngubengube, des églises protestantes réformées, prône la restauration de l’unité du pays.
 
Adolphe Muzito, 1er ministre honoraire, pense qu’il faudrait
d’abord éradiquer la pauvreté avant de penser à un Congo émergent. Il a déposé sa candidature pas comme Palu mais plutôt comme membre de la plate-forme nouvel élan.
 
Fayulu rêve de  gérer le Congo comme une entreprise, avec des
restructurations à tous les niveaux, afin de le rendre plus riche. Sa
plus grande priorité, c’est la sécurité.
 
Joseph Maluta et Masheke Maurice regardent dans la même direction, en prônant l’unité et l’émergence du Congo.
 
Michel Okongo, lui estime que les actes comptent plus que les
paroles. Telle est la raison principale de garder secret de son projet
de société.
 
Noel Tshani a connu d’énormes difficultés pour déposer sa
candidature. Il est sorti vers minuit. Cependant, la DGRAD lui a donné la note de réception afin de lui permettre de faire son dépôt, qui
devait, en principe, intervenir hier 09 août 2018.

Dorcas NSOMUE

< Retour