Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Actualités

30.10.18 Suggestion de l’Aprodec à l’Opposition : 90.000 témoins pour la machine à voter ! (Le Phare)

L’Ong Aprodec vient de produire une étude sur la machine à voter. En dépit de tout ce qui se dit sur la nocivité de ce kit électoral, tout porte à croire que le staff de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) et le pouvoir en place vont s’y accrocher jusqu’au bout.
D’où, elle suggère à l’Opposition de prendre les dispositions utiles pour s’assurer que la « machine à voter n’est effectivement qu’une imprimante » et que le vote du 23 décembre 2018
serait réellement « manuel ».
Dans cette optique, la bataille à ne pas perdre est celle de la
surveillance des bureaux de vote et de dépouillement, des centres de
compilation des bulletins papiers tirés des machines à voter et du
Central national de Traitement des résultats. Elle estime que l’on
peut mettre une sourdine à la polémique relative au rejet ou non de ce
kit électoral et se focaliser sur le déploiement des témoins et
observateurs chargés du contrôle des opérations électorales. 
Partant du fait que la CENI se propose d’installer environ 90.000
bureaux de vote et de dépouillement à travers le territoire national,
l’Aprodec recommande aux partis et regroupements politiques de
l’Opposition de s’organiser en conséquence et d’y positionner autant
d’hommes et de femmes chargés de leur surveillance.
Si cette « armée » de surveillants est déployée de manière structurée
et efficace, elle pourrait être en mesure de certifier la validité ou
non des procès-verbaux devant sanctionner les opérations de vote et de dépouillement. Mieux, l’Opposition pourrait pousser sa volonté de
faire éclater la vérité des urnes en procédant, elle-même, à son
propre comptage manuel des bulletins de vote et à sa propre
compilation des résultats, qu’elle pourrait publier avant, ceux,
officiels de la CENI.
Si la vérité des urnes est respectée tant du côté de l’Opposition que
de cette institution d’appui à la démocratie, les résultats des urnes
devraient être les mêmes ou, en tout cas, présenter des différences
marginales, sans impact négatif sur les votes réellement exprimés.
 
On retient que la démarche de l’Aprodec se fonde sur le fait que
l’utilisation de la machine à voter parait irréversible, à moins que
ceux qui la contestent le jour, ne partagent, la nuit, la même vision
que Corneille Nangaa, à savoir le report des élections à une date
ultérieure. Car une fois placée au pied du mur, la CENI risque de
jouer les Ponce Pilate et imputer le « glissement » du calendrier
électoral à la partie de la classe politique qui aura bloqué le
recours à la machine à voter.
 
Kimp

< Retour