Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Actualités

22.11.18 RDC : Washington veut des élections crédibles… et c’est tout (La Libre Afrique)


WASHINGTON - Les Etats-Unis ont appelé aujourd’hui à des élections « crédibles » et pacifiques en République démocratique du Congo le 23 décembre prochain. Les électeurs désigneront notamment lors de ces scrutins le successeur du président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.

« La RDC a une occasion historique pour organiser une élection crédible qui mène à une passation démocratique et pacifique du pouvoir », a dit la porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert. « Des élections crédibles et transparentes aideront à soulager les défis humanitaires et de développement de la RDC, à améliorer la capacité du pays à attirer les investissements et à renforcer la stabilité à travers la RDC et la région », a-t-elle ajouté.

La porte-parole a également affirmé que des élections transparentes écriraient « un nouveau chapitre positif » dans la « longue » relation entre la RDC et les Etats-Unis. « Avec le début de la campagne le 23 novembre, nous encourageons tous les acteurs à rester engagés envers le processus, à mener leurs activités de manière pacifique et à s’engager à respecter les droits humains, les libertés fondamentales et les valeurs démocratiques », a-t-elle encore dit.

Une déclaration qui démontre surtout que la Maison-Blanche est attentive à la situation en RDC mais qu’elle n’entend pas prendre le risque de se « mouiller » dans ce scrutin. Washington parle d’une élection crédible et de passation de pouvoir démocratique mais sans jamais pointer du doigt les éléments qui pourraient mettre en doute la crédibilité de ce scrutin comme les machines à voter ou le fichier électoral douteux. Washington, comme nombre de capitales occidentales, s’enfonce la tête dans le sable et laisse entendre qu’elle reviendra vers le vainqueur quand celui-ci sortira des urnes quel qu’il soit, pourvu qu’il n’y ait pas trop de grabuge.

La seule pression sur le pouvoir est l’obligatin répétée à plusieurs reprises d’organiser ces élections le 23 décembre. Les Etats-Unis n’accepteront aucun retard. Plusieurs responsables américains l’ont martelé.

(c) La Libre Afrique, 22.11.18

< Retour