Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Reportages

09.04.12 La Prospérité - Crédit carbone pour les forêts du Bassin du Congo: Dakar, Didace Pembe arrache un engagement pour un lobbying


L’Honorable Didace Pembe, ci-devant Président du Parti écologiste congolais (Péco), a réussi à mobiliser les écologistes des cinq continents en vue d’un lobbying en faveur des forêts de la RDC. C’était au cours du troisième congrès des écologistes mondiaux tenu du 29 mars au 1er avril 2012, à Dakar, au Sénégal.

La RDC a obtenu, au cours de cette rencontre planétaire, la Résolution 304 dans laquelle les écologistes du monde ont accepté de faire un lobbying pour que les forêts primaires de la RDC soient préservées et éligibles au crédit carbone.

Cette décision en faveur des forêts du Bassin du Congo se compte parmi les 18 résolutions votées par les écologistes mondiaux au cours de cette rencontre.

Une grande victoire pour la RDC

L’objectif, pour le président du Péco, était de faire bénéficier la RDC des retombées des sacrifices consentis par la population dans les privations liées à l’utilisation de la forêt et de ses ressources. «Les forêts de la RDC absorbent 45 gigatonnes d’oxyde de carbone. Ce qui devrait lui valoir des milliards de dollars en terme de compensation. Notre effort a consisté à démontrer cela à nos pairs et, ils ont adhéré à notre vision », a expliqué Didace Pembe. Le Député- président du Péco a donc mis à contribution tout son poids, en tant que membre de la Fédération des écologistes africains et co-représentant de l’Afrique auprès du Global green pour parvenir à ce résultat. Il a aussi profité de la tribune de ce sommet pour faire un plaidoyer au profit de la RDC.

Didace Pembe vient, par cette opération, poser une action de géant. Il vient de réussir là où l’Etat et certains officiels ont échoué à plusieurs occasions. Dans sa démonstration, le président du Parti vert congolais a relevé, à travers son discours du haut de la tribune de ce sommet, l’importance des forêts du Bassin du Congo pour la planète toute entière. Il a notamment insisté sur ce que font bénéficier ces forêts primaires à l’humanité en terme de l’équilibre climatique et de purification de l’air face à la production de dioxyde de carbone produit par les industriels ainsi que sur le besoin de récompenser cet apport pour toute la planète.

L’intervention de l’Honorable Pembe Didace a clairement invité les verts mondiaux à soutenir la préservation de ces forêts primaires et à faire un lobbying pour leur faire bénéficier du crédit carbone. Il a ainsi contredit et mis en branle les allégations des industriels, qui ont toujours soutenu que le Bassin du Congo n’a rien fait pour obtenir ces forêts primaires et naturelles. Ce qui le priverait, selon eux, du bénéfice des allocations pour ces acquis. Selon cet engagement obtenu par Didace Pembe des verts, les écologistes mondiaux ont décidé d’entreprendre des actions d’envergures dans un bref délai. De ce qui précède, il y a lieu de soutenir qu’avec cette action du PECO, via son Président, la cause des forêts du Bassin du Congo sera désormais posée et défendue à toutes les occasions, notamment au Parlement européenne, aux Nations Unies et à d’autres rencontres tant au niveau des continents que mondial.

Un Congrès des grands enjeux

Il sied d’indiquer que tous les continents ont été représentés à ce congrès de Dakar, au Sénégal, qui est le premier à se tenir dans le continent. Dans le nombre d’objectifs poursuivis, il y avait, d’une part, des ateliers de formation et de remise à niveau en vue de la création d’un plan d’action réaliste pour tous les partis écologistes du monde et du renforcement du réseau des Verts des cinq continents (échange des informations, des expériences, soutien mutuel et définition d’un modèle de gestion durable).

Les Verts mondiaux ont également visé, au cours de cette rencontre, la mise en place des mécanismes en vue de la sécurisation de leur organisation, l’actualisation de leur charte et la création d’un réseau des parlementaires écologistes mondiaux (un lobby pour la protection et la définition d’une politique commune et pour l’invitation des Etats à donner la vraie valeur de l’écologie). Concrètement, les écologistes se sont engagés à mettre en place des lobbies des verts. La résolution en faveur de la RDC et de ses forêts a donc été la première décision de ces volontés exprimées. Et, le pays devra compter dans son budget, en plus des recettes réalisées dans les domaines des mines et de la douane et du fisc, etc., des revenus de cette compensation du crédit carbone.

La Pros.

< Retour