Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Reportages

06.07.17 La situation sécuritaire au Kivu (analyse par Mathieu Batumike Mpinike)


NOTE SUR UN ETAT DE LIEU SUR LA SITUATION SECURITAIRE DEPUIS L’ACCORD D’ADDIS ABEBA ET LA DEFAITE DU M23 EN 2013.
Contexte 

MATHIEU BATUMIKE MPINIKE acteur politique de la RDC président fédérale du parti politique cause national et coordonnateur provincial du regroupement politique dénommé Opposition Républicaine(OR) en sigle en province du Nord-Kivu à l’est de la RD Congo une plateforme cher à l’honorable Leo KENGO WADONDO comme autorité morale

Licencié en sociologie politique et acteur actif pour l’intérêt de la RDC, ancien candidat député national de la RD Congo 2011 en  ville de Goma reste très préoccuper à défendre l’unité  et la cohésion nationale, la sécurité, l’intégrité du pays et le social de congolais ainsi que soutenir toute forme d’inclusivité et rapprochement de la population et les acteurs politiques de toutes les  tendances  à la gestion de la chose publique. 

MATHIEU BATUMIKE MPINIKE ne vise que les valeurs communautaires soient respectées et bannir les antivaleurs qui déchirent le Kivu, à l’Est de la RD Congo, ou chaque communauté cherche à se tailler le  leadership et primer sur les autres, une situation qui frustre et insécurise cette partie de la République  et plusieurs dégâts collatéraux et humains en découlent, une partie du pays  ou chaque communauté se créer une milice, un groupe armé, c’est le cas du territoire de Walikale, Masisi, Rutshuru, Uvira, Fizi de Lubero et de Beni.

MATHIEU BATUMIKE MPINIKE ne  cesse de saluer le patriotisme de la population de certaines parties du Kivu comme le Nyiragongo, le Kabare Nord et autres qui sont les seuls territoires calmes et sans groupes armés. Malheureusement leurs populations restent pauvres et plongées dans une insécurité sociale et une crise de tout bord, (C’est le cas pour le territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu à l’Est de la RD Congo, la succession du pouvoir coutumier ou l’histoire est en pleine tentative d’être effacer, ce qui risquerais d’embrasser la situation socio politique et sécuritaire dans la ville touristique de Goma chef-lieu de la province du Nord-Kivu).

Les groupes armés du jour le jour en province au Kivu, on assiste à des groupes appelés Nyantura, Mai-Mai, Mazembe, les APLS, le corps de Christ, Rayiya Mutomboki etc.  Des  causes principales restent selon notre analyse les points forts, la source de l’insécurité au Kivu, il s’agit de l’immaturité politique, le problème de la gouvernance local exclusive, des excellents capables, absence des volontés politiques dans l’exécution rapide des projets des sociétés,  la non application dans le temps des différents  accords politique, l’absence des actions de la cour pénal international (CPI) pour les sanctions relatives à toutes le violations de droit de l’homme au Kivu et cela depuis plus d’une décennie.

Les acteurs sociaux politiques ont lancés les cris d’alarmes mais Hélas ! Le Kivu reste dans ce même cycle des violences, les kidnappings observés à longueur de la journée, c’est le cas du territoire de Rutshuru voir même en pleine ville de Goma et Masisi ; à tout ceux qui sont partenaires de notre pays, d’attirer leur attention au Kivu ou les points des vues des acteurs considérés comme les minuscules ne sont pas pris en compte et la gouvernance inclusive et participative n’existe pas dans cette partie du pays.

Etat de lieu de l’Accord cadre d’Addis Abbeba

Cet accord conclu entre les Etats membres de la région de grand lac fait croire notre analyse que son application n’a pas du tout était effective, MATHEIU BATUMIKE MPINIKE observe avec vivacité plusieurs questions dont les états membres ont tournés le dos pour l’intérêt de la République Démocratique du Congo notre pays notamment de la sécurité au Nord, Sud Kivu et au Kasaï  où les personnes perdent de vies humaines gratuitement, les inciviques font la loi dans les provinces  citées ou l’autorité de l’Etat  n’a pas été rétablit, le social n’a pas été la priorité des Etats membres pour la RDC, et donc le leadership congolais doit être reformé pour véritablement jouer son rôle pour son auto prise en  charge sécuritaire, diplomatique et la protection de son intégrité territorial ,de l’unité et cohésion nationale.

Presque tout le projet à caractère social n’ont pas vu être exécuter conformément à l’accord, c’est le cas des plusieurs tronçons de constructions des routes comme la route Goma- Bukavu, Goma-Butembo, Goma-Walikale où les travaux évoluent à pas de tortu pour flatter la vigilance.

Notre analyse nous fait croire que cet accord serait un pain donné au dos de la main à la RD Congo, nous aurions bien voulu que l’on exécute ce Protocol d’accord, c’est à dire pour la faveur de la RDC membre, comme le cas des autres pays où l’on a observé les avancées significatives des progrès !

Contrairement à la République Démocratique du Congo, Africa Reconciled un Mouvement citoyen des jeunes de son état, révèle que ces pays signataires  ont exploité la RD Congo sans contrepartie faute de quoi, MATHEIU BATUMIKE MPINIKE profite d’appeler ces pays membres à jouer véritable  leurs rôles honnêtement et de bonne foi à défaut, nous n’hésiterons pas dans les jours qui viennent d’instituer une force des acteurs sociaux politique afin de demander le retrait de la RDC de ce Protocol d’accord cadre d’addis sabab.
La défaite du m23 ne suffit pas seulement pour un accord si important que celui-ci, nous pensons que la communauté  international devrait relever tant soit peu des certaines crises socio-sécuritaires au pays.

MATHIEU BATUMIKE MPINIKE, observe que cet accord n’a pas suffisamment posé d’impact positif pour le Kivu à l’Est de la RD Congo  lorsque les autres pays membre vivent paisiblement et les Congolais vivant dans les villes frontalières préfèrent aller vivre dans les pays voisins pour manque d’assurance de leur sécurité.

En conclusion, MATHIEU BATUMIKE MPINIKE sollicite l’implication de la communauté international pour une commission neutre d’évaluation de la mise en application de cet accord d’addis sabab qui avait connu un problème technique pour la RDC où son coordonnateur de suivi de la mise en œuvre Monsieur FRANÇOIS MWAMBA avait démissionné pour les raisons que nous ignorons.
MATHIEU BATUMIKE MPINIKE suggère au conseil de sécurité de Nations Unies et de l’Union Européenne  d’écouler cet accord d’Addis sabab comme une résolution internationale de l’ONU pour plus d’assurance aux congolais de son application.

Mathieu BATUMIKE MPINIKE
Coordonnateur Provincial de l’opposition républicain et président fédéral de la CAUSE NATIONAL CANA en sigle en province du Nord-Kivu à L’Est de la RD Congo


< Retour