Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Reportages

10 07 17 Le Monde Afrique - Le Congo à la recherche du temps perdu

Depuis plus d’un an, le régime de Joseph Kabila s’ingénie à jouer la montre et jongle à l’envi avec les dates pour se maintenir au pouvoir.





Imaginez un pays où le temps peut s’étirer, s’accélérer ou s’arrêter au gré des tactiques politiques. En République démocratique du Congo (RDC), on trouve un président dont le dernier mandat s’est achevé le 19 décembre 2016 ; un opposant historique, mort le 1er février 2017 à Bruxelles, dont le corps n’a toujours pas été rapatrié ni officiellement enterré ; un opposant ambitieux en exil depuis un an qui annonce sans cesse son retour « imminent ». Mais ce qui fige par-dessus tout le temps politique congolais, c’est le mirage d’une élection présidentielle tant de fois repoussée qu’elle semble ne jamais devoir se tenir. La RDC est suspendue à un jeu d’horloges dont les balanciers sont manipulés par le régime de Kinshasa, quitte à user les nerfs de tout un peuple.

Plusieurs fuseaux horaires

Corneille Naanga aurait pu être le grand horloger de la RDC. A 47 ans, le secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est réduit au rôle de folle aiguille. Le 7 juillet, il a officiellement reconnu depuis Paris que la présidentielle ne se tiendrait pas en 2017. Une déclaration attendue puisque aucun budget n’a été prévu. 
« Nos institutions sont presque toutes hors mandat », reconnaît avec une mine désolée celui que l’opposition accuse d’être à la solde de Joseph Kabila. Les députés, élus en 2011, ont terminé leur mandat en février. Le Sénat n’a pas été renouvelé depuis 2007. Les assemblées provinciales sont en place depuis 2006. Quant au chef de l’Etat, il est au pouvoir depuis 2001. Dans l’une de ses rares interviews, accordée à Der Spiegel en juin, Joseph Kabila a déclaré n’avoir « rien promis ». Une fois de plus, la temporalité est bouleversée.

En moins d’un an, la date de la présidentielle a connu plusieurs fuseaux horaires. Selon la Constitution, elle devait avoir lieu en novembre 2016. Mais, dès octobre, un premier accord entre la majorité et une partie de l’opposition l’a repoussée à avril 2018, pendant que la CENI préconisait le mois de novembre 2018. Dans la crise ouverte par la fin de mandat de Joseph Kabila, un second accord, signé le 31 décembre sous l’égide de l’Eglise catholique, l’a avancée à 2017. Désormais, on parle derechef de 2018 et le calendrier électoral reste un mystère soumis aux dysfonctionnements temporels. Ce qui rend fou tous ceux, diplomates ou chauffeurs de taxis, qui suivent le tempo présidentiel et agitent leur boule de cristal pour tenter d’y voir l’avenir incertain du pays.

« La politique des dates »

« Si on publie un calendrier et qu’il n’y a pas d’élections en décembre 2017, la CENI sera tenue pour responsable. Et si on publie un calendrier réaliste, on nous accusera de vouloir reporter encore les élections et de violer l’accord du 31 décembre », dit Corneille Naanga, qui feint de ne plus savoir à quelle horloge se fier. Le voilà qui déplie mollement ce qu’il appelle le « schéma technique » : un calendrier électoral rempli de carrés verts, jaunes et rouges, qui s’étire sur cinq feuilles, mais déjà obsolète. Sa seule satisfaction est l’enrôlement de près de 32 millions d’électeurs, soit 78 % des citoyens aptes à voter… qui viennent souvent récupérer un simple document d’identité après des heures d’attente. 
Mais le conflit en cours dans les provinces du Kasaï, réputées sympathisantes de l’opposition, sert de prétexte pour bloquer le processus. Or, en 2006, le conflit qui sévissait à l’est du pays n’avait pas empêché la tenue d’élections, financées en grande partie par les bailleurs internationaux.

Jouer la montre en redoublant d’effets d’annonce est l’une des techniques du pouvoir pour se maintenir, à tel point qu’elle a été théorisée sous l’euphémisme de « glissement électoral ». Et qui se résume à une succession de dates symboliques censées augurer une révolution alors qu’elles ne font qu’entretenir l’espoir populaire de voir enfin la première alternance politique pacifique de l’histoire du pays.

Il y a d’abord eu le 19 décembre 2016, qui marquait la fin du dernier mandat de Joseph Kabila. Puis, en avril 2017, cet appel à manifester du leader de l’opposition, Félix Tshisekedi, qui se défila au prétexte de devoir se rendre à l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba. Certains opposants misaient sur le mois de juillet pour mobiliser les foules lasses de tous ces faux départs. En vain. Le dernier ultimatum est désormais fixé au 31 décembre 2017, fin officielle de la prolongation du mandat de Joseph Kabila. Entre-temps, « ça peut péter à tout moment », s’inquiète Corneille Naanga. Tout en participant au détraquage des horloges : « Il existe une gymnastique pour jouer avec les dates, reconnaît-il. C’est la politique des dates ! »

Remettre les pendules à l’heure

Dans ce maelström temporel, ce qui est annoncé avec tambours et trompettes n’arrive pas. Ce qui arrive est toujours inattendu. D’autres événements se télescopent, avec effets de coïncidence : des évasions à répétition dont l’une, à Kinshasa, eut lieu le 17 mai, jour de la Fête de la libération ; un ministre de la justice poursuivi pour un fait de guerre vieux de vingt ans ; l’annulation du discours de Joseph Kabila le 30 juin pour la Fête nationale officiellement pour des raisons de santé qui ne l’ont pas empêché de se rendre deux jours plus tard à Addis-Abeba au sommet de l’UA.

Pris en otage de ces dates symboles, le débat retombe aussi vite qu’il est monté. Et les dates tombent dans l’oubli l’une après l’autre.
En attendant, la frustration populaire augmente. Le moindre incident, la résurgence d’une épidémie, l’incendie d’un opérateur téléphonique ou une bagarre entre taxis-motos font naître aussitôt le fantasme d’une catastrophe à venir. Le temps social se délite dans cette longue période d’incertitude qui semble ne jamais devoir finir.

La confusion temporelle générée par la comédie politique permet au pouvoir de masquer les réalités du moment : une situation économique qui s’aggrave chaque jour, un conflit abominable au Kasaï, dans le centre du pays, bientôt doublé d’une crise humanitaire, des violences maintenues depuis vingt ans dans l’Est, et une région où chaque régime – Angola, Burundi, Ouganda, Rwanda – s’est maintenu de manière autoritaire ou s’apprête à le faire. Les horloges de la politique congolaise sont cassées. Est-ce déjà trop tard pour les réparer et remettre les pendules à l’heure ?

< Retour