Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Reportages

01.12.17 AA.com - Est de la RDC : Sur les traces de Yalala, la fillette tristement célèbre


IDJWI - Parfaite inconnue il y a peu, Binja Yalala Happy, 15 ans, est aujourd’hui une véritable icône des militants anti-Kabila. Le 15 novembre dernier, lors d’une manifestation anti-Kabila, elle a été interpellée par la police, sa photo menottée a aussitôt fait le tour du web et continue à être très commentée.

La jeune Yalala devient ainsi la plus jeune militante de l'histoire de la RDC, une vocation qu'elle a notamment hérité de son père, militant du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Son passage en prison ne l'a guère dissuadé de poursuivre sa lutte pour plus d'équité sociale et de meilleures conditions dans sa province du Sud-Kivu( Est).

Elle affirme dans une déclaration à Anadolu « Ce n’est pas la fin…je dois continuer la lutter jusqu’à ce que je verrai le changement dans mon pays » .

Et de poursuivre, sourire aux lèvres, "je n’avais jamais vécu une expérience du genre dans ma vie…mais depuis que les policiers m’ont emmené en prison, mon esprit y est maintenant préparé et je ne lâcherai pas ".

Pour le moment, la jeune militante veut finir ses études et trouver ensuite un bon emploi qui lui permettra de bien gagner sa vie. Mis pour y arriver, Yalala estime qu'il faut avoir "à la tête du pays, des dirigeants dignes qui se soucient de la paix, du développement et du bien être du peuple congolais".

Revenant sur la "triste journée" du 15 novembre, la jeune fille raconte qu'elle n'était pas à sa première manifestation.

La police a dispersé les manifestants à coup de gaz lacrymogène, ajoute-t-elle, affirmant, fièrement, qu'elle ne s'était pas enfuie comme d'autres manifestants.

Un courage qui lui a coûté une violente arrestation par les forces de l'ordre, ajoute-t-elle.

"Les policiers m’avaient cruellement menottés comme si j'étais un malfaiteur", se rappelle-t-elle encore.

Traiter ainsi un enfant qui milite pour le changement est contraire à toute éthique, déplore Claude Yalala Sanganira, le père de la jeune fille.

En réaction à l'interpellation de la désormais célèbre Yalala, le parlement d’enfants a lancé depuis le 19 novembre dernier une campagne de sensibilisation intitulée : « Zéro enfant dans les grèves ou manifestations politiques » dans le cadre du projet : « dois-je exposer ma vie, ou étudier pour être utile à la vie ? ».

Joint par le quotidien congolais "Forum des As", Joseph Kasterro, responsable au sein de cette institution, explique que cette campagne a été dictée par le nombre croissant selon lequel de nombreux enfants sont vus dans les manifestations ou revendications des partis politiques et des mouvements citoyens.

Si certains enfants viennent d’eux-mêmes par curiosité, d’autres sont recrutés par ces formations pour gonfler leurs rangs, estiment certains obsrrvateurs.

"Ces manifestations ou grèves privent les enfants du droit d’aller à l’école et les exposent au danger. Ce qui est contraire à la Convention relative aux droits de l’enfant" , explique Kasterro.

(c) AA.com - Joseph Tsongo, 01.12.17

http://aa.com.tr/fr/afrique/est-de-la-rdc-sur-les-traces-de-yalala-la-fillette-tristement-c%C3%A9l%C3%A8bre-/986533

< Retour