Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Reportages

11.05.18 CF – La loi sur la répartition des sièges suscite des questionnements à Yaoundé


YAOUNDE – Dans le texte de répartition, aucun siège n'est prévu pour les congolais de l'étranger dont l'enrôlement devrait débuter en juillet 2018.

La loi promulguée le 8 mai 2018 par le président Joseph Kabila sur la répartition des sièges pour les élections législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales, soulève des questionnements dans l’esprit des congolais vivant à l’étranger, entre autres, de ceux vivant à Yaoundé au Cameroun. En effet, cette loi vient renforcer les incertitudes qu’avaient émises Maitre Gustave Kalengayi, avocat du barreau de Mbuji-Mayi, au cours d’un entretien au mois de janvier 2018. Il avait émis des doutes face au recensement des congolais de l’étranger programmé par la CENI.

Les incertitudes émises à l’époque par ce juriste risquent de se confirmer quand on sait que le calendrier électoral, publié par la CENI, prévoyait la convocation des électeurs le 23 juin 2018 et l’ouverture des bureaux de réception et le traitement des candidatures le 24 juin de cette même année. « Nous sommes pratiquement à un mois de la convocation. Je ne sais plus quoi penser de ce fameux enrôlement ! », se questionne Mbiyavanga, un congolais vivant au Tchad joint au téléphone.

De surcroit, les doutes persistent surtout que le texte de répartition promulgué ne prévoit aucun siège pour les congolais de l'étranger dont l'enrôlement devrait débuter en juillet, selon le calendrier électoral. « Le gouvernement congolais ne nous dira pas que c’est un oubli. Je pense que c’est un signe de son refus d’organiser ces élections », confie un compatriote vivant à Yaoundé. Toutefois, l’on se rappelle que la commission électorale avait déclaré que cette opération sera "techniquement difficile". Les Congolais résidant à l’étranger ne voteront que pour le scrutin présidentiel programmé pour le 23 décembre 2018.

Du coup, le débat sur le refus dissimulé du président Kabila d’organiser les élections refait surface dans les milieux des ressortissants congolais vivant à Yaoundé au Cameroun. Des questionnements se multiplient à l’idée de savoir ce que veut réellement Joseph Kabila. « Il souffle le chaud et le froid », conclut Papy Dacosta, un congolais vivant à Yaoundé. Wait and see !

© CongoForum – Arnaud Kabeya, 11.05.18

< Retour