Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

print

Communiqués

01 04 18 Discours de Félix Tshisekedi, Présdent de l'UDPS

DISCOURS DE FELIX TSHISEKEDI A L'ISSUE DE SON ELECTION A LA PRESIDENCE DE L’UNION POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES SOCIAL, UDPS.

Monsieur le (la) Président(e) du Congrès Extraordinaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS,
Monseigneur l’Evêque,
Mesdames et Messieurs les  Présidents des partis politiques amis, 
Mesdames et Messieurs les  Présidents des Organisations de la Société Civile amies,
Messieurs les Personnalités Indépendantes amies,
Distingués  invités, 
Chers Camarades Congressistes délégués
 des provinces et de l’extérieur du pays,
Très irréductibles combattants,

Ce 31 mars 2018 entre dans l’histoire, et sera par conséquent gravé en lettres d'or dans les annales de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, Parti politique auquel nous sommes tous  très fiers d’appartenir. En ce jour où je prends résolument possession des plus hautes charges, ma pensée va d’abord tout droit à nos pères fondateurs, à ces milliers de femmes et d'hommes qui, il y a plus de trente-cinq ans, dans la souffrance, les humiliations et parfois au prix du sacrifice suprême, avaient bravé la dictature,  façonné, non seulement l’histoire de ce Parti, mais également celle de tout notre pays. 
Injustement, la vie de plusieurs d’entre eux a été fauchée sur les Campus des universités, dans les rues de nos villes, à la Permanence même du Parti ici à Kinshasa. Ce sont nos martyrs, nos héros qui sont tombés sur le champ d’honneur. Ils méritent notre reconnaissance, et même à la longue, une date précise leur sera dédiée pour mémoire. 
Permettez-moi de m’adresser exclusivement à eux :
Chers Pères fondateurs et combattants de lutte !
Pour l’avènement de la démocratie et l’instauration du multipartisme en République Démocratique du Congo, vous avez sacrifié vos vies et celles de vos plus proches. Nous ne vous oublierons jamais, l’UDPS ne vous oubliera jamais. L’UDPS c’est le patrimoine que vous nous avez légué, elle devra atteindre les objectifs que vous lui aviez assignés. Merci pour tout ce que vous avez fait pour le Congo. (En mémoire de notre regretté Leader et de tous nos martyrs de la démocratie, je vous prie de vous mettre débout pour observer une minute de silence).
Monsieur le Président du Congrès extraordinaire,
Chers camarades,
Vous êtes nombreux à avoir bravé les intempéries, consenti d’énormes sacrifices et parcouru des milliers de kilomètres pour participer à ce congrès. Ceci est la preuve incontestable de votre militantisme et de votre attachement indéfectible à l’UDPS. Je m’en réjouis et m’en  félicite.
Votre choix vient d’être porté sur ma modeste personne pour présider désormais aux destinées de notre grand parti au moment où le pays traverse de nombreuses zones de turbulence et où les acteurs politiques peaufinent des stratégies aux fins de compétitions électorales. C’est en toute humilité que j’accepte cette immense responsabilité.
Monsieur le Président du Congrès extraordinaire,
Distingués et invités en vos titres et qualités, 
Je me montrerais injuste si je ne faisais pas une mention spéciale pour notre Secrétaire Général, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, qui a su maintenir à flot, contre vents et marées, le bateau UDPS jusqu’à la tenue de ce congrès extraordinaire. Mes remerciements s’adressent également aux membres de l’Exécutif et ceux de la commission préparatoire du Congrès extraordinaire. Tous, ils nous ont offert un congrès tant attendu par tous.
Par leur courage et leur détermination, ils ont envoyé au rencart les ennemis internes et externes, surtout ceux qui bloquaient la machine pour que le Congrès de l’UDPS ne se tienne pas. La réussite de ce congrès, donc, est une preuve qu’ils sont les fidèles disciples d'Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Si ce n'est pas trop, qu’ils acceptent mes félicitations et l'ovation des congressistes ici réunis. 
Je voudrais remercier aussi les jeunes et les femmes de l’UDPS pour leur engagement aux côtés des organisateurs.
Mes remerciements s’adressent de façon particulière à vous, monsieur le  Président du Congrès extraordinaire et à toute l’équipe qui a travaillé sous votre houlette.
Que tous les invités, à vos titres et qualités respectifs, vous trouviez ici l’expression de ma reconnaissance. Votre présence parmi nous, nous a honorés et nous espérons qu’elle stimulera votre intérêt pour tout ce que l’UDPS fait.
Permettez-moi de rendre un hommage spécial à deux personnes qui me sont très chères : ma mère, Marthe Kasalu qui a enduré des années durant les vicissitudes du combat politique de son époux et qui continue à supporter avec abnégation un long deuil dans l’attente de l’inhumation de notre Président  et ;  mon épouse, Denise Nyakeru qui demeure un précieux et solide soutien à mes côtés dans toutes les circonstances.
Chers Camarades,
Ce jour est pour nous tous un moment historique, il le demeure. Oui, ce jour est pour l’UDPS, le début d’une ère qui marque notre ferme volonté commune d’écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire du Parti et de la République Démocratique du Congo. Bref, la ferme communion de notre cher Parti.
Aujourd’hui, selon la règle démocratique, il a plu à vous les congressistes venus de tous les coins du pays et de l’extérieur pour représenter la base de l’UDPS, de me faire confiance en m’élisant président, votre président, président de tout le monde, président de l’UDPS qui, à ces jours, tous les sondages l’attestent, qu’elle reste le seul Parti au lit national ; le parti sur lequel notre peuple compte, s’il faut un changement réel en RDC.
Ce choix n’est pas dû au hasard. Il est motivé par mon dynamisme, mon engagement et mon zèle de servir ce Parti qui m’a vu grandir et donc qui m’a fait grandir, j’ai grandi en lui et, pour lequel j’ai énormément souffert. C’est pourquoi, ce choix, votre choix, fait de moi le dépositaire des valeurs de notre Parti. C’est avec fierté que je reçois cette immense et noble responsabilité. C’est aussi avec loyauté que je l’assumerai chaque jour au cours des années à venir pour porter le Parti au pouvoir, dans le but d'instaurer la démocratie et l’Etat de droit. Un Etat basé sur :
Le respect de la suprématie de la Constitution sur tous, avec un pouvoir judiciaire réellement indépendant qui rende justice au nom et dans l’intérêt de tous les citoyens sur une base égalitaire bannissant toute forme d’impunité ;
La garantie des droits et des libertés consacrés par la Constitution ;
La bonne gouvernance, la lutte contre la corruption pour créant ainsi un environnement propice au climat des affaires, afin d’assurer le progrès social ;
Une justice distributive qui fait profiter les richesses nationales à tous et, non pas enrichir illicitement une clique d’individus qui s’agrippent au pouvoir pour des intérêts égoïstes ;
La lutte acharnée contre l’insécurité et la terreur, qui chaque jour endeuillent nos frères et sœurs de l’Est du pays, de l’espace Kasaï ou d’autres coins de la République.
Un Etat de droit qui, au delà de ses dimensions continentales, rendra à la République Démocratique du Congo son véritable rôle de leader au centre de l’Afrique et de moteur de la renaissance africaine.
Un grand africaniste, Frantz FANON disait : « l’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve au Congo ». Nous le complétons en disant : nous allons utiliser cette gâchette, non pas pour envoyer des salves de guerre aux frères et voisins, mais bien pour diffuser des impulsions positives pour la construction d’une Afrique ambitieuse, gagnante et véritable partenaire dans la bataille de la mondialisation.    
A n'en pas douter, la responsabilité qui est mienne, est grande. Aujourd’hui, je me sens le vrai successeur du Baobab, Héros national et père de la démocratie, Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Je sais combien il est difficile, très difficile de prétendre le remplacer. Du reste, une opinion généralement admise veut qu’on ne remplace pas Tshisekedi wa Mulumba mais qu’on lui succède. 
Un penseur a dit: « si par vos actions, vous créez un héritage qui inspire les autres à rêver plus haut, à apprendre davantage, à agir plus efficacement et à évoluer comme personne, alors vous êtes un leader ».

En effet, la valeur d'une personne se mesure au bonheur qu'elle donne aux autres. Etienne Tshisekedi wa Mulumba a tracé la route, il m'appartient, avec vous tous de poursuivre son œuvre sublime: la route vers le succès est en construction perpétuelle.

Pour ma part, néanmoins, je tâcherai de demeurer dans son ADN politique, et par conséquent, dépositaire des  valeurs qu’il a défendues jusqu’à sa mort. Valeurs de constance, d’abnégation et de loyauté envers ses engagements.
C’est donc en vrai résistant et combattant que j’accepte de porter l’étoffe de président de notre cher Parti aujourd’hui.
C’est pourquoi, et encore une fois, je tiens à remercier tous les congressistes qui m’ont élu. Tous se sont prononcés chacun à sa manière et selon sa préférence en confirmant leur détermination, pour qu’enfin, je sois celui qui tient partout et dans n’importe quelle circonstance, le flambeau de l’UDPS.
Mais, qu’il me soit aussi permis d’adresser mon premier salut du nouveau président de l’UDPS à ceux qui dans cette compétition aspiraient à le devenir et qui avaient certainement la capacité de le faire. Il s’agit de : Paul Tshilumbu, Guy Bao Ebamu et David Mukeba Kalengayi. Je leur dis : coup de chapeau. Car, grâce à eux, nous avons prouvé à la face du monde que la démocratie est une réalité dans l’UDPS.
Ainsi, c’est moi qui conduirai la destinée du Parti, mais je ne le ferai pas seul. Si je l’ai accepté, c’est aussi parce qu’une telle charge implique toujours déjà et nécessairement l’apport des autres. En d’autres termes, j’aurai besoin de tout le monde, petits et grands, jeunes et vieux, hommes et femmes, cadres et combattants tout court.
Cette victoire je vous la dédie, vous Peuple congolais. Vous la méritez, car votre engagement pour les valeurs démocratiques et de l’Etat de droit est puissant, sincère, formidable et admirable. Soyez fiers d’avoir participé à cet exercice historique de la démocratie. Lorsque j’avais besoin de vous, vous avez toujours su répondre présent. Et pour cela, je vous suis infiniment reconnaissant.

C’est pourquoi, je tiens à le souligner dès à présent, haut et fort, que je compte m’appuyer sur les efforts de tous les organes et institutions qui seront nouvellement mis en place au sein du Parti. Mais aussi sur les hommes et les femmes de bonne volonté, sur nos différents partenaires ici et ailleurs, etc.
Chers camarades,
Mon accession à la présidence de l’UDPS soulève naturellement la question de savoir quelle sera mon offre politique par rapport au Parti.  Celle-ci peut se résumer en trois objectifs et nos réformes se feront en fonction de ces objectifs :
Le premier objectif consiste à organiser, consolider et à élargir  l’ancrage national du Parti.
En effet, ce qui fait la force d’un Parti politique, c’est le nombre de ses adhérents. Avec le concours de vous tous, sans distinction aucune, je vais m’atteler à ancrer davantage le Parti sur l’ensemble du territoire national et d’en faire le socle sociologique le plus important du pays. 
Cet objectif, chers amis, est à notre portée. Il est atteignable. Il nous suffit, dans un élan partagé, de redynamiser  le Parti, de garantir en permanence son unité, de renforcer les capacités d’analyse, de réflexion et de gestion de nos cadres, de mobiliser des moyens financiers, d’avoir la pleine mesure de l’importance de nos ligues de femmes et de jeunes et du rôle qu’elles peuvent jouer dans la consolidation du Parti en une première force politique du pays.
Le second objectif que je m’assigne est  naturellement la conquête du pouvoir aux scrutins du 23 décembre 2018.
D’aucuns accusent l’UDPS de mener durant des années  un combat politique stérile et de ne pas accéder au pouvoir. Eh bien, cette fois-ci, aux fins de conquête effective du pouvoir, nous nourrissons les ambitions électorales légitimes  suivantes :

Gagner haut la main la présidentielle
Avoir le plus grand nombre des députés provinciaux et nationaux
Compter le nombre le plus élevé de gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces 
Avoir le plus grand nombre des sénateurs à la chambre haute du  Parlement.
Au niveau local, conquérir la majorité des entités territoriales décentralisées.
Comme vous pouvez vous en douter, une telle performance ne pourrait se réaliser que par le jeu d’alliances électorales. En d’autres termes, nous sommes et resterons ouverts aux alliances politiques et électorales, comme l’a attesté l’ex-président brésilien LULA en disant qu’ « en politique les alliances, ce n’est pas l’affaire des principes, mais des conjonctures ».
Selon notre perception, nos alliés doivent être nos partenaires, c’est-à-dire des personnes avec qui on se dit franchement des choses et  on fait des choses ensemble.
En tant que premier Parti de l’opposition, il est du devoir de l’UDPS de demeurer la gardienne du temple de valeurs pour lesquelles ses fondateurs se sont battus. 
Le jeu d’alliances ne doit pas constituer un handicap pour l’accession de  nos membres au pouvoir. Nous ne pouvons pas  miser uniquement sur les alliances pour nous arrimer à l’orbite du pouvoir. J'attends donc de vous, chers camarades, que chacune, chacun, quel que soit le lieu de sa résidence, au pays comme à l’étranger, exprime ses ambitions et se jette dans la lutte de conquête du pouvoir. Dès après ce Congrès, je donne la tâche aux différents comités fédéraux de se mettre au travail d’organisation de la base, sans attendre la nouvelle mise en place dans les jours à venir.
Quant au troisième objectif  de notre présidence, il consiste en  une action internationale aux fins de connecter l’UDPS à certains partenaires et soutiens extérieurs. 
A l’instar de grandes formations politiques dans le monde, l’UDPS est appelée à se rechercher des partenaires et des soutiens en dehors des frontières nationales. Dans cette perspective, notre présidence mènera sans relâche une offensive internationale intense afin de nouer des partenariats entre l’UDPS et des partis politiques avec lesquels elle partage des valeurs communes en Afrique et partout ailleurs.
L’UDPS s’attèlera donc à rassurer les pays frères et amis sur son ouverture à promouvoir une politique de coopération, de cohabitation pacifique dans l’intérêt mutuel de nos pays. Elle se fera championne d’une politique basée sur la confiance qui ramènera la paix et la sécurité à nos frontières en lieu et place du climat de guerre et de terreur permanent qui perdure à l’Est du pays depuis déjà plus de deux décennies.
Je saisis cette opportunité pour adresser mes remerciements à l’ONU, à l’Union Européenne, à l’Union Africaine, à la SADEC et à la CIRGL  lesquelles accompagnent la RDC dans le difficile processus électoral dont la réalisation crédible dépend de la mise en application intégrale et effective de l’accord de la Saint Sylvestre. 
Je fais un appel solennel à toutes les forces acquises au changement de se mettre ensemble pour obtenir l’alternance démocratique.


Monsieur le Président du Congrès Extraordinaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle,
Monseigneur l’Evêque,
Mesdames et Messieurs les  Présidents des partis politiques amis, 
Mesdames et Messieurs les  Présidents des Organisations de la Société Civile amies,
Messieurs les Personnalités Indépendantes amies,
Distingués  invités, 
Chers Camarades Congressistes délégués
 des provinces et de l’extérieur du pays,
Très irréductibles combattants,

Nous voici arrivés au terme des travaux de notre Congrès extraordinaire. Je souhaite bon retour à chacune et chacun. Que le Tout-Puissant vous accompagne sur votre  chemin de retour et qu’Il protège l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, notre cher Parti.
Nous sommes UDPS, nous resterons UDPS.  
            Union: est le corps de notre parti
La démocratie: est son âme
Le progrès social : son essence
Que vive l’UDPS.
Que vive la République Démocratique du Congo.
Je déclare clos les travaux du congrès extraordinaire de l’UDPS.
Je vous remercie.
Fait à Kinshasa, le 31 mars 2018.

< Retour