Congoforum Congoforum


News
Analyse et réflexion
Coopération
Economie
Fiche du Congo
Fiche de la Belgique
Développement
Interviews
Liens

Echanges bilateraux

28.04.11 La Prospérité - Les ponts construits sur la rivière Bitshakutshaku facilitent la circulation dans les communes de Barumbu et de Kinshasa


La population des communes de Kinshasa et de Barumbu pousse un ouf de soulagement. Contrainte jadis de faire de longs détours pour se rendre d’un bout d’une avenue à un autre, à défaut de ponts viables, elle est désormais épargnée de cette pénible gymnastique grâce aux infrastructures toutes fraiches érigées par le Programme d’assainissement urbain de Kinshasa (PAUK).


En effet, le Programme d’assainissement urbain de Kinshasa financé par l’Union européenne à travers le Fonds européen de développement (FED) a, dans ses multiples interventions, construit une dizaine de ponts et passerelles qui enjambent la rivière Bitshakutshaku pour relier les différentes stations de transfert en vue de faciliter la collecte des ordures, optimiser le temps et économiser le carburant dans la gestion de la chaine des déchets. Ces ponts et passerelles piétonnières ont été érigés dans ces deux communes précitées qui font partie de la zone d’intervention du programme.

Ces constructions sont élaborées sur la base de normes modernes et se veulent viables, efficaces et utiles à tout le monde dans ces deux communes où le besoin était très visible. Hormis le but principal du projet, les effets positifs sont évidents. Plus question de continuer à vivre dans des quartiers enclavés; plus question également pour les habitants de ces contrées et les passants de continuer à enjamber des cours d’eau ou de se muer en funambules, en équilibristes, en tâchant de traverser à longueur de journée des rivières du haut des épaves ou des carrosseries de véhicules, avec tous les risques que cela comporte.

Accessibilité La mise en place de ces ouvrages ne profite pas seulement aux habitants des deux communes. Bien plus. Elle a pour effet immédiat le désengorgement des quelques grandes artères de la ville de Kinshasa, telles que Flambeau, Kasaï et Kasa-Vubu où s’engouffrent souvent les conducteurs des voitures, coincés dans des embouteillages aux heures de pointe. Une bonne partie des usagers de ces routes se sentent aujourd’hui plus soulagés, dans la mesure où grâce aux raccourcis, ils peuvent gagner du temps dans leurs déplacements.

Pont Basoko Pont Ecole La plupart de ponts portent les noms des avenues sur lesquelles ils sont érigés: le pont Basoko, au croisement des avenues Basoko et du Canal sur la rivière Bitshakutshaku; le pont Dodoma, permet le passage de l’avenue Dodoma au dessus de la rivière Bitshakutshaku; le pont Kigoma, à l’intersection des avenues Kigoma et Bas-Congo; le pont des Marais, le long de l’avenue des Marais sur Bitshakutshaku; le pont de l’Ecole, sur l’avenue de l’Ecole et traversant la rivière précitée. Viennent, enfin, les ponts Kitega, Mahenga, Canal et Luapula.

Une quelconque solution à l’insécurité Au-delà de l’aspect accessibilité, ces ouvrages ont un impact indéniable sur la vie économique des quartiers environnants, dans la mesure où l’on note la reprise effective des quelques activités à caractère commercial qui, jadis, tournaient au ralenti. On signale en plus que ces ponts et passerelles piétonnières apportent un brin de solution au problème sécuritaire qui se pose avec acuité dans cette zone. En effet, en facilitant la circulation des personnes, les coins obscurs et suspects se réduisent, rendant plus risqué ainsi aux délinquants de réaliser leurs forfaits dans cette contrée réputée autrefois dangereuse. L\'Union européenne et le gouvernement locale, à travers du projet PAUK, ont donc fait un effort important pour améliorer les conditions de vie des populations kinoises.

 Il appartient désormais à cette population de se rendre compte de l’importance de cette intervention, qui a demandé des ressources financières et humaines importantes, et de s’ériger en gardien pour éviter que l’incivisme de peu puisse faire renaitre le cauchemar pour tous. Roger KALENGA Chargé de communication PARAU

Marcel Ngoyi

< Retour