La pertinence du projet appui institutionnel est basée sur le rôle central que le ministère du Plan est appelé à jouer dans la conception des stratégies et programmes d'investissement de développement. L’objectif général du projet est d'améliorer sa crédibilité, afin de devenir l'acteur clef contribuant à la réduction de la pauvreté et à la croissance économique en RDC par l'amélioration de la planification des politiques.

L'objectif spécifique du ministère du Plan assure plus efficacement la préparation et la coordination des plans et programmes de développement socioéconomique du pays à travers ses fonctions clefs de planification, programmation, budgétisation et suivi-évaluation (PPBS). Le projet d’appui institutionnel au ministère du Plan vise cinq résultats, qui sont focalisés sur la transparence des données sur les investissements, la gestion des ressources d'investissement, l'application du PPBS, l'information sur les actions et résultats obtenus par le ministère du Plan (communication interne et externe) et les échanges d'informations avec les autres acteurs clefs.

Des indicateurs objectivement vérifiables ont été formulés au niveau des objectifs et résultats du cadre logique. Les résultats s'atteignent par le biais d'un grand nombre d'activités précises sur lesquelles est basé le budget du projet.

Les bénéficiaires directs, qui sont, dans la plupart des cas, également les exécuteurs du projet, sont les ministères du Plan (national et provinciaux), les divisions provinciales du Plan et la PGAI, qui devraient contribuer à la transparence, à la bonne gouvernance et au développement des affaires. En plus du Secrétariat Général, les structures impliquées du ministère du Plan sont la Direction de la coordination des ressources extérieures (DCRE), la Direction de la planification régionale (DPR), ainsi que le service d'appui aux Groupes thématiques (GT) et la Plateforme de communication.

La responsabilité technique est conjointe aux partenaires congolais et belges. Une cellule de coordination et d'appui du projet (CCA) a été créée en avril 2011, rattachée au secrétariat général du ministère du Plan. Le suivi du projet se fera au niveau stratégique par le comité de pilotage, au niveau de coordination administrative (utilisation des résultats) par le secrétariat général et au niveau coordination de la gestion par le responsable administratif et financier.

Le projet suscite beaucoup d’espoirs. Il reflète le nouveau visage de la coopération belgo-congolaise désormais portée vers la cogestion et la responsabilisation des acteurs nationaux dont l’implication dans les projets actuels est très faible, a relevé en substance, André Masombo, directeur de cabinet de Olivier Kamitatu, représentant personnel du ministre à l’ouverture de l’atelier.

L’évaluation du projet en cours déterminera l’attitude à adopter vers l’application graduelle des concepts de cogestion et de coresponsabilité à d’autres projets. Le ministère du Plan prépare le DSCRP 2 et le lancement d’un plan de développement des provinces. La Belgique a mis à la disposition de la RDC une enveloppe globale de 400 millions d’euros comme appui aux secteurs de développement rural et de l’agriculture.

Les provinces du Bandundu, Kasaï, Maniema, Province Orientale ont été sélectionnées pour ce qui est du développement rural. Par ailleurs, la Province Orientale, le Katanga et l’Equateur serviront de cible pour les projets dans le domaine de l’enseignement technique et la formation professionnelle.

 

parTito Malelale 20/05/2011