DISCOURS-PROGRAMME DU GOUVERNEMENT DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE PRÉSENTÉ PAR SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE ILUNGA ILUNKAMBA

Ilunga Ilunkamba, Premier Ministre congolais. Image: capture d'écran RTNC

Honorable Présidente de l’Assemblée Nationale;Honorables Membres du Bureau;Honorables Députés Nationaux, élus légitimes du peuple congolais,En venant me présenter aujourd’hui devant votre auguste Chambre, conformément aux dispositions de l’article 90 de la Constitution, et suivant les traditions mieux assises de notre jeune démocratie, j’ai l’insigne honneur de partager la joie de concourir à la mise en œuvre d’un exercice républicain, consistant à solliciter la confiance des élus directs de notre peuple sur le programme d’action soumis ce jour à votre éclairée et souveraine appréciation.Permettez-moi, avant toute chose, de rendre grâce et de glorifier Celui à qui nous devons le souffle de vie, l’Éternel Dieu Tout-puissant, Maître des temps et des circonstances, qui a permis cet instant solennel. C’est aussi pour moi l’occasion de vous exprimer, à titre personnel, le double sentiment de fierté et de responsabilité que j’éprouve en ce grand moment de l’histoire de notre pays, la République Démocratique du Congo.Fierté de vivre dans un pays béni, qui a toujours su, en dépit des faiblesses qui jalonnent son histoire, déjouer les pronostics apocalyptiques de tous genres jetés sur son sort et, en même temps, s’offrir des perspectives audacieuses de nature à redonner espoir et foi en l’avenir aux masses populaires de toutes les couchessociales, celles des plus faibles en tête.Responsabilitéréelle parce qu’en tant que citoyen, je suis autant honoré de devoir conduire, en qualité dePremier Ministre, le Gouvernement de la République au lendemain de joutes électorales à forte sensation à travers l’ensemble du territoire national.Quoi donc de plus normal quand cette élévation intervient dans un contexte historique particulier marqué pour la toute première fois, depuis l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, par le charme et l’éclat d’une passation véritablement pacifique et civilisée du pouvoir, entre un Président de la République sortant et un Présidentde la République entrant, élu démocratiquement.3Honorables Membres du Bureau,Honorables Députés,La circonstance de ce jour m’offre également l’occasion de rendre un vibrant hommage aux deux acteurs clés de cette belle page de notre histoire, j’ai cité:−D’unepart, Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président de la République, Chef de l’État, à qui je réitère mes remerciements pour la confiance qu’il a daigné me témoigner en acceptant de me confier cette lourde charge; et−D’autre part, Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président dela République Honoraire, Autorité morale du Front Commun pour le Congo, à qui j’exprime encore une fois toute ma gratitude pour le choix porté sur ma modeste personne dans le cadre de notre famille politique.Mes sentiments de gratitude s’adressent également à vous tous Honorables députés nationaux, élus légitimes de notre peuple, victorieux des dernières échéances électorales, pour avoir accepté d’interrompre vos vacances parlementaires, afin de venir participer à cette session extraordinaire.Ceci témoigne de l’urgence que vous accordez à l’installation d’un nouveauGouvernement, longtemps annoncé,pour prendre le relai. Je sais que les Congolais nous regardent. Ils ont hâte de nous voir à l’œuvre et attendent beaucoup de nous. L’ambition de mon Gouvernement est de se hisser à la hauteur de leurs attentes, afin de mériter sans cesse de leur confiance.Notre pays a plusieurs défis à relever à ce jour. Chacun de mes prédécesseurs a certainement fait ce qu’il pouvait. A notre tour d’agir en usant des armes et atouts d’une meilleure gouvernance, excluant la mollesse administrative qui sacrifie l’intérêtpublic sur l’autel de l’impunité et des antivaleurs.Parlant de mes prédécesseurs, je voudrais rendre un hommage particulier à l’action du Premier ministre Bruno TSHIBALA NZENZHE pour avoir contribué de manière significative à la bonne tenue du processus électoral 4ayant permis aux institutions de la République de se doter de nouveaux animateurs.Mes hommages vont aussi à tous ceux qui ont exercé ces mêmes charges depuis l’accession de notre pays à l’indépendance. J’ai cité:Patrice Emery LUMUMBA, Joseph ILEO, Cyrille ADOULA, Moïse TSHOMBE, ÉvaristeKIMBA, leGénéral Léonard MULAMBA, Honoré MPINGA KASENDA, André BO-BOLIKO LOKONGA, Jean de Dieu NGUZ a KARL-i-BOND, Joseph NSINGA UDJUU, Léon KENGO WA DONDO, Évariste MABI MULUMBA, Jules SAMBWA PIDA NBAGUI, Vincent de Paul LUNDA BULULU, Crispin MULUMBA LUKOJI, Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA, Bernardin MUNGUL DIAKA, Faustin BIRHINDWA, le Général LIKULIA BOLONGO, le Patriarche Antoine GIZENGA, Adolphe MUZITO, Augustin MATATA PONYO et Samy BADIBANGA NTITA.Honorables Députés,Le Congo, notre pays, a besoin d’actions cohérentes et des résultats palpables à tous les niveaux et en toutes matières. Il est en quête d’acteurs imprégnés de valeurs fortes qu’ils sont à même de prôner et de mettre en pratique par conviction. Le temps du bricolage et autres tactiques sinueuses estrévolu.Les Congolais nous demandent de la clarté dans nos projets, de la justice et de l’efficacité. Ils veulent la paix, surtout dans l’Est du pays meurtri, la sécurité dans nos villes commedans nos campagnes, l’emploi pour tous,l’accès aux soins médicaux, à l’eau potable et à l’électricité, la scolarisationdeleurs enfants. Cette liste de leurs aspirations n’est pas limitative.En somme, ils exigent de nous, dirigeants, moins dediscours mais plus d’actions concrètes. Ils exigentun développement économique réel du pays conduisant à l’amélioration de leur vécu quotidien.C’est dans cette optique, mettant à profit le temps qui s’est écoulé depuis ma nomination, j’ai eu à faire une plus large consultation de différentes forces vives de la Nation,ce compris les différents Caucus provinciaux des DéputésNationaux, regroupés au-delà des clivages politiques, en vue de requérir aussi bien leurs préoccupations que lesdifférentes attentesde notre peuple quant à la conduite de l’action gouvernementale. 5A l’issue de ces consultations, j’ensuis arrivé à uneconclusion, qui est du reste ma vision, à savoir:«Le redressement national à partir de la base».En effet,dans le contexte d’un pays aussi vaste que le nôtre, le développement doit nécessairement partir de la base, entendez par là nos villages et nos territoires, auxquels il faudra accorder les moyens conséquents afin que ces entités redeviennent de véritables centres de production et d’animation sociale.Il n’est pas concevable que les moyens soient plus concentrés aux seules villes et autres grands centres, favorisant ainsi l’exode rural, la densité démographique et la misère sociale en milieu urbain.Voilà pourquoi, tenant compte de tout ce qui précède et sous l’impulsion de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, sur base du programme convenu entre le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement, mon Gouvernemental’ambitionde faire de la République Démocratique du Congo un vaste chantier articulé autourdesquinze piliers-clésci-après:−Premier pilier: Pacification du pays et promotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationale−Deuxième pilier: Renforcement de l’autorité de l’État, promotion de l’État de droit et de la démocratie−Troisième pilier: Redynamisation de notre diplomatie et réhabilitation de son image de marque−Quatrième pilier: Lutte contre la corruption et les crimes économiques−Cinquième pilier: Amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, des entreprises du portefeuilleet des finances de l’État−Sixième pilier: Amélioration du climat des affaires et promotion de l’entrepreneuriat et de la classe moyenne−Septième pilier: Diversification de l’économie et création des conditions d’une croissance inclusive−Huitième pilier: Modernisation des infrastructures de base et aménagement du territoire national6−Neuvième pilier: Promotion et développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication−Dixième pilier: Lutte contre le changement climatique et création des conditions d’un développement durable−Onzième pilier: Amélioration des conditions sociales avec comme principaux axes: l’éducation comme clé du changement et principal ascenseur social et l’accès aux soins de santé pour ,ainsi que l’assurance d’une couverture de santé universelle−Douzième pilier: Développement du secteur de l’eau et de l’électricité −Treizième pilier: Lutte contre la pauvretéet la marginalisation sociale −Quatorzième pilier: Autonomisation de la femme et promotion de la jeunesse−Quinzième pilier: Promotion de la Culture, des Arts, des Sports et des Centres des loisirs.Ces quinzepiliers découlent de l’examen sans complaisancede la situation qui prévaut dans les principaux secteurs de la vie nationale. Leurréalisation va nécessiter la miseen œuvre d’un certain nombre d’actionsaux plans politique, sécuritaireet de la défense, économiqueet financier, reconstruction,et socio-culturel. Certaines de ces actions constituent des exigences immédiates, et d’autres relèvent de la nécessité de transformerstructurellementnotre société ainsi que notre économie.Permettez-moi maintenant, Honorables Députés, de porter à l’attention de votre auguste Assemblée ce que mon Gouvernement entend faire à ce sujet.SUR LE PLAN POLITIQUE, DEFENSE ET SECURITE:Lepremier pilierest celui relatif àlapacification du pays ainsi qu’à lapromotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationale.Nul n’ignore que la force d’une Nation repose avant tout sur la communion de cœurs et d’esprits et le vouloir-vivre ensemble, qui en constituent le 7socle sans lequel le cap vers l’émergence pour un Congo fort et prospère ne sera qu’un leurre. Depuis l’indépendance de notre pays jusqu’à ce jour, le thème de la réconciliation nationale et celui de la cohésion nationalecontinuent à marquer notre marche vers le développement. En effet, les Congolais se sont réunisen 1961, d’abord dans le cadre de la Table Ronde de Léopoldville, puis àla Conférence de Tananarive à Madagascar et au Conclave de Lovaniumd’où sortira le Gouvernement Adoula,en août de la même année.Des années plus tard, les Congolais se sont retrouvés, en vuede la réconciliation nationale, dans plusieurs cadres dont les plus importants et les plus significatifs sont: la Conférence Nationale Souveraine à Kinshasa,en 1992; le Dialogue Inter Congolais en Afrique du Sud,en 2002; les Concertations Nationales,en 2013; le Dialogue politique de la Cité de l’Union Africaine et le Dialogue politique inclusif organisé sous l’égide de la CENCO à Kinshasa,en 2016. Ces diverses rencontres ont constitué des tentatives desauvegarde des liens profonds qui nous unissent en tant qu’un peuple partageant le même destin et caressant le même espoir d’un avenir meilleur.La réconciliation nationale, faut-il le rappeler, demeure aujourd’hui plus que jamais l’une des préoccupations majeures de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat. C’est pourquoi mon Gouvernement ne ménagera aucun effort pour maintenir l’élan nécessaire dans la matérialisation de cette vision fondamentale.Dès lors, je lance du haut de cette auguste tribune, un appel solennel à nous tous Congolais, jeunes et vieux, hommes et femmes, ainsi qu’à toutes les forces vives de la Nation, de nous unir,de dresser nos fronts longtemps courbés et chargés par le poids de nos divisions, de nos clivages politiques et de nos ressentiments de tous genres, pour nous tourner tous résolument vers l’avenir,afin de mener ensemble le seul combat qui en vaille la peine, celui visant à éradiquer la misère et la pauvreté de nos populations et à conduire notre pays vers l’émergence.C’est pourmatérialiser cette vision que votre Gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, projette les actions ci-après: -L’organisation d’un Forum National de Réconciliation;8-La conclusion d’un pacte de paix avec les autorités coutumières représentatives des ethnies et tribus de la RDC;-Le rapatriement des corps du feu Président MOBUTU SESE SEKO et du feu Premier ministre Moïse TSHOMBE.S’agissant de la consolidation de la paix et de l’unité nationale, il est évident qu’il n’y a pas de développement sans la Paix. Voilà pourquoi, la paix sera l’un des grands piliers du chantier gouvernemental. Des efforts importants ont été déployés pour maintenir la paix et la sécurité à l’intérieur de nos frontières et sauvegarder l’intégrité territoriale du pays. Rien n’a été ménagé pour éviter la balkanisation de la République Démocratique du Congo. C’est ici l’occasion pour moi derendre un hommage mérité aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo pour leur bravoure allant jusqu’au sacrifice suprême pour que vive notre Nation, une et indivisible. Mes pensées vont particulièrement à l’endroit des veuves et orphelins de tous ces vaillants soldats tombés sur le champ de bataille en défendant la mère-patrie.Beaucoup a été fait au chapitre de la consolidation de la paix et de l’unité nationale, mais la tâche demeure encore immense. Il revient à votre Gouvernement de poursuivre avec plus depugnacité les efforts en cours, afin de venir à bout des poches d’insécurité. Cette situationconcerne au premier chef la partie Est de notre pays où nous assistons à la multiplication des attaques terroristes de toutes sortes. Celles-ci appellent le Gouvernement à riposter vigoureusement et sans délai, en renforçant le plan stratégique en vigueur tout en y associant les autres partenaires de bonne foi, qui sont disposés à accompagnernotre pays dans cette bataille.Voilà pourquoi votre Gouvernement envisage notamment les mesures ci-après:−Éradiquer les groupes armés opérant dans notre pays;−Assurer la réinsertion socioéconomique des jeunes démobilisés à travers une série de formations professionnelles;−Créer des brigades d’élites bien formées et bien équipées.