Masisi: spoliation de champs, les victimes passent la nuit à la belle étoile (CongoForum)

GOMA – La spoliation de champs fait parler d’elle en territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu. Dans le mois de novembre plusieurs familles ont vu leurs champs être spoliés par un ancien député de Masisi. Les victimes passent la nuit à la belle étoile près du bureau du gouverneur de province, sans aucune assistance.

Ces victimes totalisent déjà plus de deux semaines à la porte du bureau du gouvernorat. Ils veulent exprimer leur désolation auprès du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

Des hommes, des femmes et des enfants se trouvent sous les arbres près du gouvernorat. Ils souffrent de la diarrhée suite aux mauvaises conditions de vie. Parfois ils dorment sans rien manger; les autorités ne disent absolument rien face à leur situation.

L’enseignant Jack Sindambiwa est le porte-parole de ces victimes. Il raconte: “Un certain Duniya Bakarani était venu acheter 28 hectares de terrains chez une dame dans ma localité. Il a profité de l’occasion pour spolier les champs d’autres habitants – en total 184 hectares. Ces habitants des villages Butare et Bira, en territoire de Masisi, se sentent aussi victimes de l’insécurité locale”.

“Nous sommes venus voir le gouverneur pour lui expliquer notre problème”, explique Jack Sindambiwa. “On veut lui demander d’envoyer une délégation à notre village afin de nous remettre dans nos droits; nos familles ne savent pas où aller après avoir perdu leurs champs”.

Le gouverneur ne bouge pas

“Malheureusement, le gouverneur n’a rien dit depuis notre arrivée à Goma. Il ne nous reçoit même pas. Souvent il entre à son bureau sans nous dire un mot ou sans nous demander pourquoi nous sommes ici. Nous craignons tomber malades ici. Que les autorités nous viennent en aide et viennent nous voir: nous voulons juste être reçus par le gouverneur, qui est le papa de tous les enfants au Nord-Kivu”.

Les villageois, venus à Goma, espèrent que des personnes de bonne volonté et des humanitaires voudront les assister avec des médicaments et de la nourriture. “Sinon nous risquons de devoir enterrer des morts suite à la faim que nous subissons”.

Ces citoyens souhaitent une solution dans un bref délai. “Nous ne voulons pas quitter la porte du gouverneur sans être remis dans nos droits. D’ailleurs, nous soupçonnons que le spoliateur a engagé des rebelles pour sécuriser les champs en question”.

© CongoForum – Paulin Munyagala, 05.12.19

Images – source: CongoForum / presse congolaise

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.