L’exploitation des enfants dans la fabrication des briques et son incidence socio-éducative, socio environnementale en milieu rural (Pépé Kamera Bwemere)

(Résumé du travail)

Sujet : L’exploitation des enfants dans la fabrication des briques et son incidence socio-éducative, socio environnementale en milieu rural. Cas du groupement de Mbinga-sud, chefferie de Buhavu en territoire de kalehe

La présente étude décrit l’exploitation des enfants dans la fabrication des briques et son incidence socio-éducative et socio-environnementale en groupement Mbinga-sud, chefferie de Buhavu, territoire de kalehe.

La protection des enfants et la promotion de leur éducation est devenue cheval de bataille de toutes les nations du monde.  Leur exploitation sous toutes ses formes est proscrite dans plusieurs traités internationaux et constitution. Malheureusement cette étude dénonce des pratiques qui démontrent que les enfants deviennent des acteurs par excellence de la production des briques en violation des droits fondamentaux de l’enfant, c’est-à-dire qui entrent en violation des textes de la promotion et protection du droit de l’enfant.

En vue d’appréhender la réalité sur le vécu quotidien de ces enfants, l’usage de la méthode  descriptive couplée avec les techniques  à savoir , d’interview, d’observation  directe, d’échantillonnage, de questionnaire d’enquête, de focus-group et d’entretien ont été envisagées  afin de décrire le phénomène exploitation  des enfants  dans les sites  de fabrication des briques comme une activité  qui détruit gravement la vie de cette génération  et hypothèque  leur avenir au plan éducationnel.

Cette étude a été  menée sur une population de  777 enfants qui travaillent dans les chantiers des briques dans ce groupement  Mbinga-sud, ASSOBRIM, une association locale des briquetiers de cette entité nous a fourni ce rapport.

Les résultats indicatifs de cette étude renseignent ce qui suit : les enfants du sexe masculin  sont nombreux dans ce secteur ; 65% sur un échantillon occasionnel de 60 enfants enquêtés dans les six sites  de production  des briques identifiés dans cette entité. La majorité d’entre eux ont la tranche d’âge  comprise entre 16-17 ans, 38%, ont les deux parents  en vie soit  65%. C’est étonnant, 80%  d’entre eux sont ou ont  été scolarisé(es) jusqu’au niveau secondaire et les non achevés. Les auteurs qui les poussent à cette pratique sont respectivement  leurs parents, 65% l’ont déclarés et disent accroitre le revenu  de leur ménages car pauvre mais puisqu’aussi l’activité procure  l’argent. Ceci a été rapporté à 36.6% et 33.3% des opinions  de la cible  d’enquête.

Les conséquences de cette pratique  sont que d’après les enfants  eux-mêmes, c’est bien la déviation  sociale. La délinquance juvénile  et l’abandon  total des études. 41.6% des opinions l’ont rapportés, les enfants, les parents et autres acteurs  rencontrés souhaitent  voir cette pratique être combattue comme suit :

–              Que les parents soient sensibilisés à combattre  ce phénomène et que l’état assure la scolarisation des enfants selon que la constitution le prévoit.

Des mots clés de ce travail sont : exploitation, enfants, fabrication des briques, incidence, socio-éducative, milieu rural

Un projet de protection de l’enfance dans la lutte contre leur exploitation est  l’idéal de l’auteur en vue de palier à ces phonèmes qui compromettent leur plein épanouissement.

Auteur : Pépé Kamera Bwemere, mai 2020

Plus d’infos en annexe.

Image – source: Grand Journal CD

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.