Affaire Mukuna : harcelé, le juge Ndonda contraint à la clandestinité (CongoForum)

KINSHASA – L’alerte est donnée par l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO), qui dans un communiqué signé par son président, Me Jean Claude Katende, appelle le Président de la République  et le Conseil Supérieur de la magistrature à protéger les juges indépendants et  incorruptibles comme le juge NDONDA WALONGELA

Son tort est d’avoir choisi l’opinion majoritaire lors des délibérés dans l’affaire opposant le Ministère Public et Mamie Tshibola à l’Evêque Pascal Mukuna inscrite sous RP 15511. Depuis le délibéré de cette affaire, le 23 juin 2020, il se dit être victime de plusieurs actes arbitraires de la part du juge Kibonge Kinene, Président du Tribunal de Grande Instance de Kalamu.

L’ASADHO en veut pour preuves plusieurs appels téléphoniques anonymes assortis de menaces et demande d’explication sur l’opinion émise dans l’affaire de l’Evêque Pascal Mukuna.

La nuit du 23 juin 2020, le juge a été visité par des hommes armés entre minuit et une heure du matin. Il a eu la vie sauve grâce au fait que ces criminels sont allés brutaliser les occupants de la maison voisine à la recherche du juge.

En date du 26 juin 2020, une action disciplinaire est ouverte contre lui au motif qu’il aurait refusé de prononcer un jugement avant dire droit ordonnant la réouverture des débats dans la cause inscrite sous RP 15511.

A la même date du 26 juin 2020, sans attendre l’instruction de l’action disciplinaire ouverte par lui, le juge Kibonge Kinene a, par la Décision n°063/D.02/2020 portant mesure d’interdiction d’un magistrat, interdit le juge Ndonda Walongela d’exercer ses fonctions pour une durée de trois mois.

Difficile de ne pas lier à cette affaire les différentes atteintes à intégrité physique dont le juge est victime dont les embuscades à l’issue de filatures entre la commune de Kitambo et celle de Ngaliema par des personnes inconnues. Depuis lors, le juge Ndonda Walongela vit en clandestinité et a fait déménager sa famille de sa maison pour un autre endroit.

L’ASADHO condamne la sanction arbitraire prise contre le juge Ndonda Walongela et les menaces de mort qui pèsent sur lui. Elle estime que sans juges indépendants et incorruptibles, l’Etat de droit ne peut pas s’installer en RD Congo.

Tout en demandant aux autorités compétentes la protection due à son rang, l’ASADHO exige l’ouverture d’un dossier disciplinaire contre le juge Kibonge Kinene pour abus de pouvoir ainsi que des poursuites contre les auteurs des menaces de mort qui pèsent sur le juge Ndonda et sa famille.

Le pasteur Mukuna, détenu à la prison de Makala, fait face à la justice dans une affaire de viol envers madame Tshibola, une fidèle de son Eglise et épouse d’un de ses collaborateurs. Après une première condamnation au mois de juin 2020, le juge président du Tribunal de grande instance de Kalamu, Henri Kibonge, avait décidé la réouverture des débats en juillet 2020 pour insuffisance de preuve.

© CongoForum – Gaspard Nkunambi, 11.08.20

Image – source : ASADHO

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.