Minembwe : Azarias Ruberwa déclare n’avoir pas installé le bourgmestre et parle des allégations haineuses (CongoForum)

KINSHASA – Le Ministre de la décentralisation Réformes institutionnelles, Azarias Ruberwa a rejeté toutes les accusations portées contre lui au sujet de l’érection de Minembwe en commune rurale. Il dit être victime d’une haine viscérale.

Azarias Ruberwa, qui était en face des journalistes le mardi 13 octobre 2020, a rejeté tout en bloc. Il qualifie ces affirmations comme étant «extrêmement abusives et mensongères» vis-à-vis de sa personne. « Jamais dans l’ordre de mission dont j’ai été porteur, il était question d’installer le bourgmestre, et jamais dans les faits, je n’ai installé le bourgmestre. On m’a attribué l’installation du bourgmestre de Minembwe de façon extrêmement abusive et mensongère», a-t-il confié.

Il explique que cette question de l’installation du bourgmestre de la commune de Minembwe est fomentée par certains membres de la société civile du Sud-Kivu alors qu’il était en mission dans cette province, accompagné du ministre de la défense et plusieurs autres officiels parmi lesquels des députés nationaux, pour des raisons de sécurité et de paix.

À l’en croire, la population et certains officiels auraient évoqué le fait que les autres maires, notamment, d’Uvira, Baraka et Kamituga ont déjà été installés, alors qu’ils étaient tous notifiés de leur nomination au même moment ; mais celui de Minembwe qui ne l’était toujours pas. Et c’est ainsi que le gouverneur du Sud-Kivu et le ministre provincial de l’intérieur ont dit qu’ils n’avaient pas besoin de rentrer à Bukavu et revenir pour ça. Ils ont donc décidé de le faire le lendemain.

S’agissant des appels à la démission qui lui sont lancés, l’ancien vice-président de la République a affirmé n’avoir pas commis une faute pour s’y plier. « Si j’avais commis une faute, j’aurais démissionné mais je ne peux pas démissionner pour faire plaisir aux gens haineux qui expriment une haine viscérale, parce que tout simplement et justement il s’agit de Ruberwa, Non! Là, ce n’est pas rendre la justice aux justes. Vous savez, on ne peut pas condamner quelqu’un à la démission sans l’avoir entendu. Notre droit ne le permet pas », a-t-il déclaré.

Qu’à cela ne tienne, le Ministre d’État en charge de la décentralisation et Réformes institutionnelles a promis de se rendre au Parlement en cas d’interpellation sur le dossier Minembwe, pour que les élus du peuple soient éclairés sur l’affaire Minembwe.

© CongoForum – Arnaud Kabeya, 14.10.20

Images – source : actu.24

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.