Rutshuru : les prisonniers vivent dans des conditions inhumaines, plus de 35 détenus dans un cachot de deux mètres sur deux (CongoForum)

RUTSHURU – Sans nourriture et soins médicaux, le nombre de morts des prévenus au cachot du parquet près du tribunal de paix de Rutshuru au Nord Kivu augmente du jour le jour. Cette vie misérable est vécue dans presque toutes les maisons carcérales au Nord-Kivu et surtout à Rutshuru, témoignent des sources locales.

La société civile force vive de Rutshuru dénonce cette violation des droits de l’Homme. « Nous exigeons en tout cas le départ du procureur du parquet près le Tribunal de Paix de Rutshuru qui se distingue par les antivaleurs quelques semaines seulement après son installation :

1. Mort des prévenus au cachot par privation des soins médicaux et vivres

2. Non désengorgement du cachot avec plus de 35 détenus dans une cellule de deux mètres sur deux

3. Non traitement urgent des dossiers

4. Amendes exorbitantes et non fondées ne correspondant pas au niveau économique de notre population et d’autres violations… .

Explications données par Justin Bizimana, membre de la société civile noyau de Rutshuru en province du Nord-Kivu.

Un cas recent de violation des droits humains est celui survenu dans la matinée du 13 octobre 2020 : monsieur Zacharie Ngandu est mort dans le cachot du parquet. Ce même mois, monsieur Kanaume Balinganano est décédé également.

« Nous sommes au nombre de 35 détenus restants ici, nos familles sont censées payer l’argent avant de nous faire parvenir la nourriture », se plaignent les détenus. « Ici, personne se couche ni prend la douche. Voilà même que l’espace du cachot est trop petit, nous restons debout toutes les nuits, nos amis ne le supportent pas et meurent de temps à autre à cause de l’étouffement ».

Nos efforts pour atteindre le procureur pour donner son point de vue sont restés sans succès.

© CongoForum – Paulin Munyagala, 14.10.20

Image – source : CongoForum / presse congolaise

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.